Pas de douce nuit de Noël pour Carrefour ?

Pas de douce nuit de Noël pour Carrefour ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 15 décembre 2017 à 06h49

Chez Carrefour, les syndicats ont une approche différente de la période des fêtes. Il ressort d'un article publié par 'Le Figaro' que la CGT est déterminée à pourrir le Noël du distributeur, en organisant des mobilisations en magasins les 22, 23 et 24 décembre prochain, notamment dans des hypermarchés emblématiques. En période de fêtes, ces actions peuvent évidemment avoir des conséquences néfastes sur ces temples de la consommation. FGTA-FO, le syndicat majoritaire, a prévu d'être moins virulent, du moins d'ici la fin de l'année. Son représentant ne veut pas ajouter aux difficultés de l'enseigne, car c'est une erreur de croire que les gens sont prêts à détruire leur outil de travail sans savoir vraiment ce qui les attend. Les deux centrales se rejoignent en revanche sur un point : Alexandre Bompard, PDG depuis l'été, n'a pas intérêt à refuser le dialogue en vue de l'annonce de son plan stratégique le 23 janvier. FGTA-FO promet une guerre totale si des décisions inacceptables sont prises sans concertation.

Beaucoup d'espoirs et de craintes sur le 23 janvier

Dans l'impasse, Carrefour se cherche une nouvelle stratégie. Le dernier pointage Kantar montre que la distribution était dynamique en France sur les quatre semaines s'achevant le 26 novembre (+2,2%), mais que les hypermarchés français ont perdu du terrain au profit des ventes en ligne et des supermarchés. Carrefour a toutefois perdu 0,6 point de part de marché, selon les données relayées par Bernstein, pour reculer à 20,5%, aussi bien à cause des hypers que des supers. Cette faiblesse est alimentée par le départ de consommateurs vers Leclerc pour ses prix plus bas, sa meilleure offre internet et ses promotions accrues, explique l'analyste Christian Monteyne, qui fait partie des sceptiques sur la stratégie du groupe dirigé par Alexandre Bompard. Le spécialiste voit dans ces mauvais chiffres trois implications. D'abord, les efforts de promotions réalisés récemment par Carrefour ne portent pas leurs fruits, ce qui pousse à s'interroger s'il s'agit du vrai problème de l'enseigne. Ensuite, cela montre que des investissements additionnels seront nécessaires l'année prochaine, ce qui n'augure rien de bon pour la rentabilité. Enfin, la baisse des volumes risque de compliquer les économies de coûts.

Un plan déjà éventé ?

Au début du mois de décembre, le magazine sectoriel 'Linéaires' s'était appuyé sur des sources internes pour dévoiler certains aspects du projet qui doit être annoncé dans un peu plus d'un mois. Il révélait notamment que cinq hypermarchés peu performants voire quasiment en perdition devraient passer en location-gérance et qu'une part importante des "ex-Dia" devrait fermer, en tout cas ceux qui sont dans l'impasse. Le distributeur devrait aussi réaliser des économies sur les nombreux projets informatiques en cours, sur la gestion de ses stocks et sur les frais de personnel, en automatisant des caisses. Beaucoup d'autres modifications sont prévues, notamment l'ouverture de nouveaux "drives" reposant sur des entrepôts largement automatisés. Enfin, les négociations avec les fournisseurs promettent d'être âpres, pour tenter de réduire les prix sans avoir recours aux promotions.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.