Pas génial, la Société Générale

Pas génial, la Société Générale
Logo Société Générale

Boursier.com, publié le vendredi 03 novembre 2017 à 09h12

En première lecture, les résultats trimestriels de la Société Générale ont l'air médiocres... et en seconde aussi. Les premiers commentaires d'analystes sont sévère à l'encontre de la banque, qui a accru le montant de ses provisions pour litiges aux Etats-Unis et dont l'activité se contracte sous l'effet de conditions difficiles dans la banque de détail en France et dans les activités de marché. Le titre est lourdement sanctionné dans les premiers échanges, sans surprise, puisqu'il chute de 4% à 45,73 euros, dans des volumes très étoffés. Les investisseurs avaient déjà eu un avant-goût de la situation des banques au troisième trimestre avec les comptes de BNP Paribas en début de semaine. Ceux de la Société Générale ne devraient pas les rassurer, même si la contreperformance a été accentuée par le net recul de la contribution des produits dérivés, l'une des spécialités maison, qui souffrent dans cet environnement de volatilité faible. Malgré tout, les analystes qui se sont prononcés depuis ce matin n'ont pas modifié leurs copies, à l'image de Morgan Stanley, MainFirst, JP Morgan ou Jefferies qui restent positifs, ou de KBW, toujours neutre.

La banque a dégagé un produit net bancaire de 5,96 milliards d'euros, en baisse de -0,9% en glissement annuel. Hors réévaluation de la dette, la baisse aurait atteint -5,5%. Le résultat brut d'exploitation se contracte de -1,9% à 1,99 MdE, mais il aurait reculé de -14,8% hors réévaluation de la dette. Le résultat d'exploitation baisse de -8,4% à 1,445 MdE. Le coût du risque a repris la pente ascendante, de 23% à 512 ME. Le bénéfice net part du groupe de la banque chute ainsi de -15,2%, à 932 ME. Hors éléments exceptionnels, ce résultat net n'aurait baissé que de -7,7% à 1,08 MdE, assure l'établissement. Cependant, expurgé des éléments non-économiques, le bénéfice net part du groupe n'atteint que 894 ME. Le consensus était positionné à 6,065 MdsE pour 1,585 MdE de résultat d'exploitation et 1,018 MdE de bénéfice net. Le ratio CET1 non phasé ressort stable sur le trimestre à 11,7%.

Nouvelles provisions

L'établissement a souffert dans la banque de détail en France à cause des taux bas et dans la banque de grande clientèle / solutions investisseurs parce que la volatilité était faible. La hausse du coût du risque est en trompe l'oeil car le risque commercial est en baisse. Mais le groupe a doté ses provisions pour litiges de 300 ME additionnels, pour les porter à 2,2 MdsE. Société Générale explique discuter actuellement avec les autorités américaines dans les litiges LIA et IBOR. Un accord pourrait être trouvé "dans les prochaines semaines ou mois".

Le directeur général, Frédéric Oudéa, estime que les résultats de la banque sont "résilients" dans un environnement financier peu favorable. Il donne rendez-vous le 28 novembre prochain pour la journée investisseurs au cours de laquelle sera dévoilé le plan stratégique de moyen terme.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.