Pétrole : accord historique pour des coupes frôlant 20 millions de barils/jour

Pétrole : accord historique pour des coupes frôlant 20 millions de barils/jour©Boursier.com

Boursier.com, publié le dimanche 12 avril 2020 à 22h55

Les pays de l'Opep+ et plusieurs autres pays producteurs sont parvenus dimanche, après quatre jours de négociations, à un accord qui devrait permettre de réduire la production mondiale de brut d'environ 20 millions de barils par jour (mbj), soit environ 20% la demande mondiale avant la crise du coronavirus.

Reste à savoir si cet accord historique suffira à soutenir durablement les cours du brut, qui ont plongé des plus de 60% depuis le début de l'année. Jeudi soir, avant trois jours de fermeture des marchés liés à Pâques, le cours du baril de brut léger américain WTI avait chuté de 9,3% à 22,76$ pour le contrat à terme de mai sur le Nymex, tandis que le Brent de mer du Nord avait perdu 4,1% à 31,48$ pour le contrat à terme de juin.

Jeudi après la clôture des marchés, l'Opep et ses alliés, dont la Russie (un groupe de 23 pays baptisé Opep+) s'étaient déjà accordés en vue de réduire leur production de 10 mbj, un effort jugé insuffisant par les analystes du secteur, mais des négociations se sont ensuite poursuivies pendant le week-end de Pâques avec les pays du G20, dont les Etats-Unis et le Canada.

Etats-Unis, Brésil et Canada mis à contribution

Après trois nouveaux jours et deux longues nuits de négociations, un nouvel accord a été finalisé dimanche, portant sur une durée de deux mois, mai et juin. L'accord stipule que l'Opep+ va réduire sa production de 9,7 mbj par rapport à son niveau de production d'octobre 2018... Mais comme sa production actuelle est supérieure à cette date de référence, c'est un total de 14,5 Mbj (par rapport aux niveaux de production de début avril) qui seront retirés du marché par l'Opep+.

Par ailleurs, trois autres pays, les Etats-Unis, le Brésil et la Canada, vont contribuer à l'effort pour 3,7 mbj supplémentaires. Les responsables de l'Opep ont précisé qu'ils attendaient encore des engagements de la part d'autres pays, dont la Norvège et les pays de l'Association des producteurs de pétrole africains (APPO).

Au total, ce sont près de 20 millions de barils qui devraient sortir du marché pendant les mois de mai et juin.

La peur d'un "chaos incontrôlable"

Les négociations ont été ardues ces derniers jours. Vendredi, une réunion des ministres de l'Energie du G20 avait échoué dans un premier temps, en raison d'un blocage du Mexique. Mexico a finalement obtenu de ne couper sa production que de 100.000 bj, moins que ce qui était initialement calculé au prorata de sa production. Les Etats-Unis ont pris à leur charge 250.000 barils supplémentaires de réduction pour compenser le moindre effort du Mexique.

Dimanche soir à 19 heures, les 23 pays de l'Opep+ se sont réunis pour la seconde fois en quatre jours par visioconférence. ", les marchés vont réagir avec férocité à la baisse, à leur réouverture lundi. Nous assisterons alors à un chaos incontrôlable", a prévenu le secrétaire général de l'Opep, Mohammad Barkindo en ouvrant la séance...

Les cours du brut ont été laminés ces dernières semaines par la guerre des prix déclenchée en mars par l'Arabie saoudite (leader de l'Opep) et la Russie, et par la crise du Covid-19, qui a entraîné un plongeon de la demande mondiale de brut estimé à plus de 30% (soit environ 30 mbj).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.