Pétrole : le baril au plus haut depuis deux ans et demi

Pétrole : le baril au plus haut depuis deux ans et demi©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 27 décembre 2017 à 05h50

Les cours du pétrole ont rebondi mardi soir, profitant d'une accumulation de problèmes de production en Mer du Nord, où le pipeline Forties reste quasi-fermé, et en Libye, où des sources ont fait état mardi d'une explosion affectant un oléoduc, réduisant nettement la production libyenne.
A New York, le contrat a terme de février sur le baril de brut léger américain (WTI) a grimpé mardi soir de 2,5% à 59,97$ sur le Nymex, tandis que le Brent prenait 2,6%, à 66,94$ le baril. Les cours sont ainsi remontés à leurs plus hauts niveaux depuis environ deux ans et demi, au printemps-été 2015...

Des sources militaires et pétrolières libyennes ont indiqué qu'une attaque à l'explosif avait endommagé un oléoduc de la compagnie pétrolière libyenne Waha Oil qui alimente le terminal maritime de Es Sider. La région concernée était contrôlée par les combattants du groupe Etat islamiste (EI) avant qu'ils soient chassés de la ville de Syrte par les forces gouvernementales libyennes il y a un an...

Selon une source citée par l'agence 'Reuters', environ 90.000 barils auraient été perdus suite à cette explosion. La compagnie nationale libyenne NOC (National Oil Corp), maison mère de Waha Oil, a fait savoir qu'elle était en train d'évaluer les dégâts faits à l'oléoduc.

La réouverture de l'oléoduc Forties toujours prévue au "tout début" de 2018

Par ailleurs, en Mer du Nord, le groupe Ineos, qui exploite l'oléoduc Forties, a indiqué mardi que les travaux étaient en bonne voie pour réparer la fissure qui a stoppé l'acheminement de 450.000 barils par jour depuis début décembre. Il est toujours prévu à ce stade de rouvrir Forties "au tout début de la nouvelle année" 2018. En attendant, un petit nombre de clients ont commencé à envoyer de petits volumes à faible débit dans le pipelline, a précisé Ineos dans un communiqué.

Si les prix du pétrole s'apprêtent à finir l'année en nette hausse (+11% pour le WTI depuis le 1er janvier), leur évolution en 2018 reste sujette à caution. En effet, une fois réglés les problèmes techniques affectant la production, le marché retrouvera les facteurs contradictoires qui le tiraillent depuis des mois...

Question posée

La question reste de savoir si les coupes opérées par l'Opep et d'autres pays dont la Russie, vont bien se poursuivre durant toute l'année 2018 (elles doivent être réexaminées en juin). Surtout, ces quotas suffiront-ils à rééquilibrer un marché mondial dans lequel les Etats-Unis jouent un rôle croissant ?

La production de pétrole de schiste US et les exportations américaines devraient ainsi continuer à augmenter l'an prochain, contribuant à limiter le potentiel haussier du prix du baril de pétrole, selon les experts...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU