Pétrole : le baril poursuit son ascension

Pétrole : le baril poursuit son ascension
pétrole brut raffinerie

Boursier.com, publié le lundi 18 décembre 2017 à 10h55

Les cours du pétrole progressent en ce début de semaine, portés par la fermeture d'un important pipeline en Mer du Nord et une grosse grève au Nigéria qui menace les exportations du pays. Le WTI pour livraison janvier grimpe actuellement de 0,8% à 57,8$ sur le Nymex tandis que le baril de Brent de la Mer du Nord avance de 1% à 63,9$.

Fermeture d'un important pipeline en Mer du Nord

L'or noir est soutenu depuis plusieurs jours par la fermeture d'un important oléoduc en mer du Nord. Ce pipeline, Forties, qui fonctionnait déjà au ralenti depuis environ quatre jours, a dû être totalement fermé lundi dernier pour réparations, pour une durée estimée entre deux et trois semaines. Forties transporte environ 40% du pétrole extrait de la Mer du nord, ce qui a fait craindre des problèmes d'approvisionnement du marché mondial.

Grève au Nigéria

Au Nigéria, l'Association nigériane du personnel du pétrole et du gaz naturel, dont les membres travaillent principalement dans l'industrie pétrolière, ont entamé une action syndicale après que les négociations avec les agences gouvernementales se soient soldées par une impasse.

Repli du nombre de forages actifs aux Etats-Unis

Des signes d'un ralentissement de la croissance de la production américaine soutiennent également le cours du brut, même si les perspectives pour 2018 plaident toujours pour une offre abondante malgré les baisses de production décidées par l'OPEP et ses alliés. Selon les données hebdomadaires de Baker Hughes, le nombre de puits en activité outre-Atlantique a reculé pour la première fois depuis six semaines sur les sept jours clos le 15 décembre, à 747. Malgré ce repli, l'activité est encore bien supérieure à celle de l'année dernière, lorsque le nombre d'appareils de forage était inférieur à 500. La production américaine a d'ailleurs augmenté de 16% depuis la mi-2016, à 9,8 millions de barils par jour.

Un marché toujours excédentaire

Conséquence de cette hausse de l'offre américaine, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a estimé dans son dernier rapport mensuel, publié jeudi, que le marché mondial devrait encore afficher un excédent au premier semestre 2018. "La croissance de l'offre totale pourrait être plus rapide que la croissance de la demande : de ce fait l'excédent au premier semestre 2018 pourrait être de 200.000 barils par jour avant de se transformer en déficit d'environ 200.000 bpj au second semestre, ce qui donne pour l'année 2018 un marché tout juste équilibré".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU