Pétrole : le baril remonte sur les 40$ avec l'emploi US et l'Opep+

Pétrole : le baril remonte sur les 40$ avec l'emploi US et l'Opep+©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 05 juin 2020 à 23h10

Les cours du pétrole ont vivement rebondi vendredi, après les chiffres de l'emploi US bien meilleurs que prévu, dans l'espoir d'une reprise économique rapide, en "V", et alors que l'Opep+ se serait accordé sur une prolongation de son accord de réduction de la production.

Le baril de brut léger américain WTI pour livraison juillet a flambé de 5,7% à 39,55$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance août a bondi de 5,8% à 42,30$, terminant au-dessus des 40$ pour la première fois depuis début mars.

Sur la semaine, le WTI a bondi de 11,4% et le Brent de 11,8%. Les cours reculent cependant encore de 35% par rapport à leur niveau du début 2020 (61$ pour le WTI et 66$ pour le Brent).

Les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis en mai ont donc créé un électrochoc sur les marchés boursiers. Alors que le consensus tablait sur la destruction de 7,7 millions d'emplois, l'économie américaine a au contraire créé 2,51 millions d'emplois non agricoles le mois dernier. Le taux de chômage a baissé à 13,3% contre 14,7% en avril, alors que le consensus s'attendait à un taux proche de 20%, à 19,8% ! Ces chiffres ont donné l'espoir que la reprise économique se fera en "V", même si le Covid-19 reste actif aux Etats-Unis.

Par ailleurs, alors que les perspectives s'améliorent pour la demande de pétrole à mesure que le monde se déconfine face au reflux de l'épidémie de Covid-19, l'offre continue de se resserrer. Ainsi, la Russie et l'Arabie saoudite auraient conclu un accord préliminaire en vue de prolonger l'accord de l'Opep+ de maîtrise de la production pour un mois supplémentaire, jusqu'à la fin juillet. La réunion de l'Opep+ prévue les 9 et 10 juin, a été avancée à ce samedi 5 juin, un signe que l'accord est désormais à portée de main entre l'ensemble des participants de l'allliance Opep+.

Par ailleurs, aux Etats-Unis, les dernières données de Baker Hughes publiées vendredi montrent que le nombre de plates-formes pétrolières en activité aux Etats-Unis a reculé pour la douzième semaine consécutive, pour tomber à 206 (-16) contre 885 fin 2019, et au plus bas depuis 11 ans, en juin 2009.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.