Pétrole : le Brent repasse la barre des 50$

Pétrole : le Brent repasse la barre des 50$
4- Iran. Avec 137 millions de barils de réserves prouvées, Téhéran possède 9,31% des stocks mondiaux d'or noir. Sa production a atteint 3,58 millions de barils par jour en 2011.

Boursier.com, publié le lundi 14 décembre 2020 à 10h17

A l'image des places boursières, les cours du brut gagnent du terrain en ce début de semaine, dopés par les espoirs concernant le déploiement de vaccins contre le coronavirus et l'annonce de l'explosion d'un cargo pétrolier touché par une "source externe" non identifiée dans un port en Arabie Saoudite. La faiblesse du dollar tend également à soutenir la tendance sur le marché de l'or noir. Le baril de brut léger américain (WTI) pour livraison janvier prend 1% à 47 dollars sur le Nymex tandis que le baril de Brent de la mer du Nord (échéance février) progresse de 1% à 50,5$ à Londres.

Un navire a été touché par une explosion dans le port saoudien de Djeddah, sans qu'aucune victime ne soit signalée. Cette explosion, qui survient trois semaines après qu'un pétrolier ait été endommagé lors d'une attaque possible au terminal saoudien de Shuqaiq, ravive les craintes quant à la stabilité de la région, cruciale pour l'industrie de l'or noir. "Le marché évalue la perturbation de l'approvisionnement due à ces incidents par rapport aux volumes (d'approvisionnement) iraniens qui reviennent", affirme l'analyste d'Energy Aspects, Virendra Chauhan, ajoutant que la propagation rampante du virus en Occident a nui à la demande. "Il n'est donc pas surprenant que les prix soient volatils".

L'Iran prévoit de presque doubler sa production l'année prochaine en prévision d'un relâchement des sanctions après l'accession de Joe Biden à la présidence américaine. Toujours du côté de l'offre, le comité ministériel conjoint de surveillance (JMMC) de l'OPEP+, qui veille au respect des quotas par ses membres, se réunira le 16 décembre, tandis que l'OPEP+ a rendez-vous le 4 janvier pour étudier le marché après sa dernière décision de limiter la hausse de sa production à 500.000 barils par jour à partir de l'année prochaine. Les membres du cartel ont échoué en début de mois à trouver un terrain d'entente sur une stratégie plus large et de plus long terme pour le reste de l'année 2021.

Sur le front de la demande, la propagation de la pandémie de Covid-19 malgré le début de la campagne de vaccination aux Etats-Unis et au Royaume-Uni continue à limiter toute amélioration. Les principaux pays européens continuent ainsi à mettre en place des mesures de confinement pour freiner l'épidémie. L'Allemagne, quatrième économie mondiale, prévoit par exemple d'imposer un confinement plus strict à partir de mercredi pour lutter contre le virus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.