Pétrole : le Brent retrouve ses hauts depuis deux ans

Pétrole : le Brent retrouve ses hauts depuis deux ans

gisement Bagdad

Boursier.com, publié le lundi 25 septembre 2017 à 20h55

Les cours du pétrole ont entamé le semaine en nette hausse, les marchés anticipant de possibles difficultés d'approvisionnement après le référendum d'autodétermination qui s'est déroulé lundi au Kurdistan irakien. Le cours du baril de Brent de la Mer du Nord a bondi de 3,5% à 58,89$ (contrat à terme de novembre), retrouvant son plus haut niveau depuis deux ans. Le pétrole léger américain WTI a lui aussi progressé, de 2,9% à 52,15$, au plus haut depuis plus de 5 mois, à la mi-avril 2017.

La tenue lundi d'un référendum sur l'indépendance de la région du Kurdistan irakien irrite Bagdad ainsi que la Turquie voisine. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a ainsi menacé de "fermer les vannes" au pétrole provenant de la région autonome irakienne, ajoutant que des "mesures" allaient être prises dès "cette semaine". Une menace à prendre très au sérieux, puisque 550.000 des 600.000 barils/jour produits par le Kurdistan irakien sont exportés via le terminal turc de Ceyhan (sud).

De son côté, le gouvernement irakien a exigé que les autorités du Kurdistan irakien lui cèdent le contrôle des postes frontaliers de la région et a invité les pays étrangers à cesser d'acheter du pétrole à ce territoire irakien.

La demande mondiale repart, l'Opep et ses alliés tiennent leurs engagements

Par ailleurs, les cours de l'or noir sont soutenus par le fait que l'Opep et ses alliés sont désormais allés plus loin dans leurs coupes de production que ce qui était prévu dans leur accord de décembre 2016. Vendredi, à l'issue d'une réunion à Vienne, l'Opep et la Russie ont estimé qu'ils étaient parvenus environ à mi-chemin dans le processus de rééquilibrage du marché mondial, qui doit mettre fin aux excédents qui le caractérisent depuis plus de deux ans. Cette réunion n'est pas allée jusqu'à décider d'une prolongation de l'accord au-delà de son échéance actuelle de mars 2018, mais de nombreux observateurs continuent de penser que cette hypothèse est crédible.

Le ministre de l'Energie des Emirats arabes unis, Suhail al-Mazrouei a ainsi affirmé lundi que "la prochaine réunion de l'Opep, prévue en novembre à Vienne, "discutera de la nécessité de prolonger l'accord sur les réductions de production et de la durée de l'accord".

La production américaine de pétrole marque le pas

En outre, le rééquilibrage progressif du marché pétrolier a été confirmé récemment par les derniers rapports mensuels de l'Opep et de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui ont toutes deux fait état d'un renforcement de la demande mondiale de pétrole.

Enfin, le production américaine de pétrole, qui avait augmenté sans interruption depuis des mois, a marqué le pas depuis la mi-août, retirant une pression baissière sur les prix. Le nombre de puits de pétrole en exploitation est ainsi retombé de 768 dans la semaine s'achevant le 11 août, à 744 pour celle terminant le 22 septembre.

 
0 commentaire - Pétrole : le Brent retrouve ses hauts depuis deux ans
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]