Pétrole : le schiste américain en ébullition

Pétrole : le schiste américain en ébullition©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 20 octobre 2020 à 11h30

Le secteur de l'énergie et plus particulièrement du schiste américain est en ébullition. Il faut dire qu'après la chute historique des prix du brut en début d'année puis la crise liée à la pandémie de coronavirus qui sape la demande, les plus petits acteurs n'ont souvent pas les reins assez solides pour faire face à la situation actuelle. Dans ces conditions, les opérations de fusion-acquisition se multiplient de l'autre côté de l'Atlantique. Le géant pétrolier Chevron avait lancé les débats cet été en s'offrant Noble Energy dans le cadre d'une transaction en actions de 5 milliards de dollars. A moindre échelle, DevonEnergy et WPXEnery ont annoncé leur rapprochement le mois dernier dans le cadre d'une opération entièrement en titres de 2,6 Mds$.

Hier, c'est ConocoPhillips qui a fait les gros titres en reprenant Concho, un spécialiste du pétrole de schiste du Bassin permien (bassin sédimentaire qui s'étend sur l'ouest du Texas et le sud-est du Nouveau-Mexique) pour 9,7 milliards de dollars. L'opération, également financée entièrement en titres, permettra à ConocoPhillips de devenir l'un des principaux exploitants du Bassin permien, coeur de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis, de l'ouest du Texas au sud-est du Nouveau-Mexique, avec une production de 1,5 million de barils par jour. L'entité fusionnée disposera également d'environ 23 milliards de barils équivalent pétrole de ressources avec un seuil de rentabilité moyen inférieur à 30 dollars le baril.

Une autre opération de taille pourrait rapidement suivre puisque, selon la presse américaine, Pioneer Natural Resources est en pourparlers pour reprendre Parsley Energy, un important producteur indépendant de pétrole dans le Bassin permien. Selon le 'Wall Street Journal' et 'Bloomberg', les deux acteurs pourraient officialiser un accord 100% en actions d'ici la fin du mois. L'acquisition augmenterait la production de Pioneer dans la zone de plus de 40% pour atteindre environ 558.000 barils d'équivalent pétrole par jour.

Si les opérations de M&A ont donc tendance à se multiplier dans l'industrie pétrolière, il est intéressant de noter que toutes se font par échanges d'actions et non en numéraire. Par ailleurs, d'après les données compilées par Bloomberg, plus de la moitié des transactions dans le secteur du schiste annoncées cette année matérialisent une prime de moins de 10% par rapport à des cours qui avaient déjà chuté ces deux dernières années. Signe que l'heure est avant tout à la préservation des bilans.

"Cet accord (ndlr: le rapprochement entre Devon Energy et WPX Enery) représente la forme de consolidation dans le secteur du schiste que beaucoup de personnes dans l'industrie recherchaient", expliquait dernièrement à 'Reuters' Andrew Dittmar, analyste fusions et acquisitions chez Enverus. "Si les actionnaire ne reçoivent pas ou peu de prime, l'argument de vente est que l'entité combinée aura une échelle et une efficacité accrues pour générer un flux de trésorerie disponible pour ses actionnaires au prix actuel du pétrole, qui est bas".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.