Pétrole : le WTI s'envole sur les 69$, au plus haut depuis la fin 2014

Pétrole : le WTI s'envole sur les 69$, au plus haut depuis la fin 2014©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 19 avril 2018 à 10h26

Le baril de brut américain WTI (contrat de mai) avait déjà progressé de près de 3% mercredi soir sur le Nymex américain pour finir à 68,5$ (+2,9%). Il grimpe encore de 1% ce jour à 69,2$ ! Il s'affiche ainsi au plus haut depuis plus de trois ans, après la publication du rapport hebdomadaire sur les stocks domestiques américains. Il faut remonter au mois de novembre 2014 pour retrouver un tel niveau des prix du pétrole. Le Brent de la Mer du nord a de son côté gagné 2,6% hier à 73,5$, et s'accorde encore 1,1% à 74,3$ ce jeudi... Les cours du brut sont évidemment soutenus par ailleurs par les facteurs géopolitiques et les tensions récentes à l'international.

Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 13 avril 2018, a fait ressortir hier un repli de 1,1 million de barils sur les stocks de brut, hors réserve stratégique, en comparaison de la semaine antérieure. Le consensus était logé à -0,5 million de barils. Les stocks d'essence se sont tassés quant à eux de 3 millions de barils, alors que les stocks de distillés ont décliné de 3,1 millions de barils par rapport à la semaine précédente.

L'American Petroleum Institute avait pour sa part fait état la veille d'une baisse de pratiquement 1 million de barils des stocks américains de brut sur la semaine passée.

Réunion de l'Opep et ses alliés, vendredi à Djeddah

En outre, l'OPEP et ses alliés, y compris la Russie, doivent se réunir à Djeddah, en Arabie saoudite, le 20 avril pour explorer les moyens de prolonger leur coopération afin de poursuivre leurs efforts pour équilibrer le marché pétrolier.

Le cartel et 10 autres pays producteurs ont réussi à diminuer leur production de 1,8 million de barils par jour depuis janvier 2017 et se sont engagés à le faire jusqu'à la fin de cette année. "Les prix du pétrole se maintiennent pour le moment à des sommets de trois ans (atteints plus tôt en avril) et, avec des niveaux d'inventaire normaux, la surabondance de l'offre de ces dernières années semble être terminée", affirme à 'Reuters', William O'Loughlin, analyste chez Rivkin Securities.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.