Pétrole : le WTI signe sa pire semaine depuis 5 mois !

Pétrole : le WTI signe sa pire semaine depuis 5 mois !©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 06 octobre 2017 à 23h19

Alors que la volatilité est tombée au plus bas sur les marchés d'actions, le pétrole a vécu une semaine chaotique, qui s'est soldée par une chute de 4,6% du cours du baril de pétrole WTI (ou light sweet crude"). Il s'agit de la plus forte baisse hebdomadaire pour le brut léger américain depuis le mois de mai dernier.

Vendredi, le cours du baril WTI pour livraison novembre a plongé de 2,95%, à 49,29$ sur le Nymex, retombant sous le seuil psychologique des 50$, tandis que le Brent de Mer du Nord a chuté de 2,42% à 55,62$ (contrat à terme de décembre). Le cours du WTI est désormais repassé sous sa moyenne mobile à 200 jours, ce qui correspond à un signal baissier pour de nombreux analystes techniques.

Les investisseurs se sont montrés prudents, vendredi, à l'approche d'une nouvelle tempête tropicale, Nate, qui devrait frapper les côtes américaines du Golfe du Mexique, perturbant la production et le raffinage. Pourtant, cette correction du pétrole (qui intervient après un bond proche de 10% en septembre) s'est produite alors même que les dernières nouvelles en provenance du secteur sont plutôt de nature à soutenir les cours de l'or noir.

Ainsi, vendredi, on a appris que le nombre de forages pétroliers en activité aux Etats-Unis a légèrement baissé cette semaine pour revenir à 748 puits (-2), confirmant une décrue qui a débuté fin juillet après un pic à 766 forages actifs.

Poutine favorable à une prolongation des mesures de soutien jusqu'à la fin 2018

Par ailleurs, le président russe Vladimir Poutine a rencontré jeudi le Roi Salmane d'Arabie saoudite, resserrant les liens entre les deux pays. Le président russe s'est prononcé en faveur d'une poursuite des efforts de réduction de production jusqu'à la fin 2018 afin de stabiliser durablement le marché pétrolier mondial. De son côté, le roi Salmane a affirmé que "nous aspirons à poursuivre la coopération positive entre nos pays en vue de stabiliser les marchés pétroliers mondiaux".

L'Opep, la Russie et plusieurs autres pays producteurs ont mis en oeuvre depuis le début de l'année des coupes de production qui devaient en principe prendre fin en mars 2018.

Enfin, mercredi, les stocks hebdomadaires de pétrole brut aux Etats-Unis ont baissé plus que prévu la semaine dernière, un autre signe que les excédents du marché mondial sont en train d'être progressivement épongés.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU