Pétrole : Trump attendu mardi sur l'Iran, le WTI au-dessus de 70$!

Pétrole : Trump attendu mardi sur l'Iran, le WTI au-dessus de 70$!©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 07 mai 2018 à 23h40

Les cours du pétrole ont franchi de nouveaux seuils, lundi, toujours soutenus par les craintes géopolitiques, qui font craindre des problèmes d'approvisionnement mondial.

Le cours du baril de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a bondi de 1,45% à 70,73$ pour le contrat à terme de juin sur le Nymex. Le Brent de la Mer du nord a progressé de 1,74% à 76,17$ le baril. Les deux types de pétrole brut évoluent à leurs plus hauts niveaux depuis près de 3 ans et demi, en novembre 2014.

Décision de Donald Trump sur l'Iran attendue mardi à 20h00

Les marchés s'inquiètent du retour des sanctions américaines contre l'Iran, dans le cas, de plus en plus probable, où Donald Trump retirerait les Etats-Unis de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien. Les marchés seront fixés dès ce mardi sur la question iranienne : en effet, le président américain, qui devait se prononcer d'ici au 12 mai, a fait savoir lundi soir via Twitter qu'il annoncerait sa décision dès ce mardi à 14h00 locales (20h à Paris).

I Iran Deal White House 2:00pm. - Donald J. Trump (@realDonaldTrump)

De son côté, le président iranien Hassan Rohani a soufflé le chaud et le froid, assurant lundi que Téhéran pourrait rester dans l'accord de 2015, à condition que les Européens garantissent les attentes iraniennes. Dimanche, il avait mis en garde les Etats-Unis, affirmant qu'ils regretteraient "comme jamais" un éventuel retrait.

Craintes sur la production vénézuélienne

Lundi, des craintes ont aussi émergé sur les marchés pétroliers concernant la production vénézuélienne. La compagnie américaine ConocoPhillips a fait saisir des actifs de la compagnie publique vénézuélienne PDVSA pour obtenir le paiement de 2 Mds$ qui lui reviennent après un arbitrage international, a révélé l'agence 'Reuters'.

Cette initiative risque de plomber un peu plus la production et les exportations de PDVSA, déjà réduite de moitié, à 1,5 million de barils par jour par rapport au début des années 2000, en raison d'un manque chronique d'investissement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.