Plus forte contraction de l'activité du secteur privé depuis novembre en France

Plus forte contraction de l'activité du secteur privé depuis novembre en France©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 03 mars 2021 à 09h51

L'activité dans le secteur des services tourne toujours au ralenti en France. Les dernières données PMI mettent en effet en évidence une forte contraction de l'activité dans l'industrie des services en février avec un indice IHS Markit de l'activité commerciale de 45,6, contre 47,3 en janvier, et 43,6 annoncé précédemment. Ce nouveau repli de l'activité a notamment reflété une nouvelle baisse des nouvelles affaires, les restrictions destinées à endiguer la pandémie de Covid-19 ayant pesé sur le niveau de la demande. Anticipant toutefois une forte reprise de leur activité dans les douze mois à venir, les prestataires de services français ont augmenté leurs effectifs pour un deuxième mois consécutif.

L'activité dans le secteur des services tourne toujours au ralenti en France. Les dernières données PMI mettent en effet en évidence une forte contraction de l'activité dans l'industrie des services en février avec un indice IHS Markit de l'activité commerciale de 45,6, contre 47,3 en janvier, et 43,6 annoncé précédemment. Ce nouveau repli de l'activité a notamment reflété une nouvelle baisse des nouvelles affaires, les restrictions destinées à endiguer la pandémie de Covid-19 ayant pesé sur le niveau de la demande. Anticipant toutefois une forte reprise de leur activité dans les douze mois à venir, les prestataires de services français ont augmenté leurs effectifs pour un deuxième mois consécutif.

Se repliant de 47,7 en janvier à 47 (45,2 en estimation flash), l'indice composite de l'activité globale met de son côté en évidence la plus forte contraction de l'activité du secteur privé depuis novembre.

Eliot Kerr, économiste à IHS Markit, commente ainsi les derniers résultats de l'enquête : "les données PMI du mois de février ont mis en évidence un maintien de la contraction du secteur privé français observée tout au long de ces derniers mois d'hiver, l'activité ayant continué de reculer sous l'effet de la crise sanitaire. La faiblesse économique s'est de nouveau concentrée sur le secteur des services, le plus touché par les restrictions liées à la pandémie et dans lequel une partie des entreprises ont dû temporairement fermer. La forte croissance s'est en revanche poursuivie dans le secteur manufacturier, les fabricants ayant signalé la plus forte hausse de leur production depuis le rebond estival et les nouvelles commandes ayant fortement augmenté par rapport à janvier. Autre note positive, la croissance de l'emploi observée dans chacun des deux secteurs en février suggère que les entreprises commencent à se projeter au-delà de la pandémie et à préparer la reprise. Ce regain d'optimisme se reflète également dans l'indice des perspectives d'activité, qui s'est redressé à son plus haut niveau depuis mai 2018 pour l'ensemble du secteur privé".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.