Pour Barclays, M6 est clairement à privilégier dans les médias français

Pour Barclays, M6 est clairement à privilégier dans les médias français
m6 chaîne télé tv

Boursier.com, publié le lundi 29 janvier 2018 à 10h34

Après six années de "surperformance" boursière, le secteur des médias a connu un millésime 2017 plutôt difficile, avec une baisse moyenne de -9%, alimentée par le sentiment des investisseurs selon lequel la branche est soumise à des enjeux structurels majeurs (et négatifs). Pour Barclays, cette situation peut s'inverser à deux contions cumulatives : les projections de bénéfice par action doivent repartir dans le bons sens et les financiers doivent changer d'état d'esprit (de "secteur en déclin structurel pour toujours" à "enjeux structurels négatifs mais gérables"). L'analyse historique du secteur pousse à acheter les cycliques sans réfléchir, souligne la banque britannique, qui n'est pourtant pas très à l'aise avec cette posture, notamment parce que les agences et les rediffuseurs connaissent effectivement une révolution structurelle. Pourtant, les signaux positifs sont forts...

Pour composer avec ces deux courants contraires, Barclays a retenu des actions cycliques qui ont clairement touché le fond et qui disposent d'autres catalyseurs. Ce parti-pris fait ressortir quatre dossiers européens, dont le Français M6, recommandé à surpondérer avec un objectif revu de 24 à 25 euros. Le bureau d'études considère que le groupe est bien géré et mal valorisé. Il s'attend à ce que M6 continue à afficher une croissance supérieure à celle du marché de la publicité télévisée et profite de l'élan de la présidence Macron. M6 n'est pas le plus mal loti des dossiers du secteur en 2017, loin de là puisqu'il a progressé de 16% de plus que le STOXX 600, mais sa valorisation reste faible et le consensus n'intègre pas un certain nombre d'éléments positifs, estime Barclays.

Si l'on fait un tour parmi les autres recommandations sectorielles de l'analyste, aucun dossier hexagonal, hormis M6, ne se distingue, puisqu'ils sont tous suivis à "pondération en ligne". L'analyste a abaissé de 22,80 à 20 euros son objectif de cours sur Eutelsat, et réduit celui de Lagardère de 28 à 27 euros. Il a en revanche revalorisé JCDecaux de 29 à 31 euros, TF1 de 12,75 à 13 euros et Vivendi de 21,50 à 23 euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.