Première contraction du secteur manufacturier depuis 3 mois en novembre

Première contraction du secteur manufacturier depuis 3 mois en novembre©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 01 décembre 2020 à 09h51

Les données PMI mettent en évidence une contraction du secteur manufacturier français en novembre, la nouvelle période de confinement visant à endiguer la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 ayant logiquement pesé sur l'activité. Les mesures imposées à la fin du mois d'octobre ont entraîné une forte chute de la demande qui s'est notamment traduite par le premier repli de la production depuis six mois. Parallèlement, la fermeture temporaire d'un certain nombre de fournisseurs a engendré une forte hausse des délais de livraison d'intrants tandis que les prix des achats ont affiché leur plus fort taux d'inflation depuis dix-huit mois.

Chutant de 51,3 en octobre à 49,6 (49,1 en première estimation), l'Indice des Acheteurs PMI IHS Markit - un indice composite établi sur la base de cinq indices individuels (nouvelles commandes, production, emploi, délais de livraison des fournisseurs et stocks des achats) et conçu pour mesurer la performance globale de l'industrie manufacturière - signale ainsi la première contraction du secteur manufacturier français depuis trois mois.

Eliot Kerr, économiste à IHS Markit, commente les derniers résultats de l'enquête : "la réintroduction de mesures de confinement à la fin du mois d'octobre a, sans surprise, entraîné une nouvelle détérioration de la conjoncture dans le secteur manufacturier français. Le volume des nouvelles commandes a en effet fortement chuté en novembre, éclipsant partiellement la reprise observée ces derniers mois tandis que la production a renoué avec la contraction après cinq mois consécutifs de croissance. Sur une note plus favorable, la contraction de l'emploi a ralenti au cours du mois, l'enquête ne signalant qu'un repli modéré des effectifs en novembre, le plus faible depuis quatre mois. Les fortes suppressions de postes effectuées au printemps dernier lors du premier confinement ont en effet permis aux entreprises d'ajuster le niveau de leurs effectifs aux volumes d'activité et semblent les avoir ainsi rendues moins vulnérables aux chocs économiques".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.