Publicis sévèrement puni, les objectifs 2018 en danger

Publicis sévèrement puni, les objectifs 2018 en danger©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 19 octobre 2017 à 09h15

La croissance organique de Publicis s'est établie à 1,2% au troisième trimestre 2017. Le géant de la publicité a annoncé ce matin que son revenu de la période avait atteint 2,26 milliards d'euros, en baisse de -2,20% par rapport à la même période de 2016, mais en légère progression, donc, toutes choses égales par ailleurs. Au 30 septembre, le revenu s'établit à 7,11 MdsE, en progression de 0,6% en données publiées et de 0,3% en données organiques. Le président du directoire, Arthur Sadoun, se félicite de la poursuite de l'embellie après un premier trimestre 2017 particulièrement médiocre, qui avait vu l'activité se contracter de -1,2% en organique. Pour le dirigeant, le contrat est rempli : l'accélération promise est au rendez-vous, grâce à cette hausse de 1,2% au troisième trimestre, qui fait suite au rebond de 0,8% enregistré au second.

Malgré tout, le management reste prudent en signalant que l'environnement reste difficile, même si plusieurs budgets sont entrés récemment (Diesel, Southwest, Lionsgate, McDonald's...). Publicis mise toujours sur des taux de croissance supérieurs à la concurrence, en s'appuyant sur quatre initiatives internes. La croissance organique du second semestre sera supérieure à celle du premier, promet la direction, qui ne donne pas plus de précisions malgré l'acquis de 1,2% affiché au 3ème trimestre. Les objectifs de plus long terme "sont connus", mais ils seront détaillés lors d'une journée investisseurs prévue le 20 mars 2018.

Les analystes déçus

Les premières réactions d'analystes sont négatives. Chez Jefferies, Tamsin Garrity souligne que la croissance organique de 1,2% est inférieure au consensus qui s'établissait à 1,8%, en dépit d'une dynamique plus robuste que prévu aux États-Unis. Il considère en outre que l'objectif est décevant, en particulier parce que la mention de la marge attendue jusque-là en 2018 a disparu. Liberum est également déçu par le niveau de croissance organique, même s'il était plus conservateur que le consensus en visant 1,4%.

Les investisseurs punissent sévèrement le dossier ce matin, puisqu'il plonge de près de 6% à 58,61 euros, dans des volumes très étoffés. Oddo BHF a déjà révisé en baisse ses attentes pour la fin d'année et pour 2018, tout en signalant que le consensus va devoir s'ajuster en baisse. Publicis envoie un message peu rassurant pour le secteur, qui avait déjà traversé une période difficile durant l'été, sur fond de craintes pour le marché publicitaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.