Rebond boursier : "Les "stock pickers" jouent juste à la devinette" (Neel Kashkari, Fed)

Rebond boursier : "Les "stock pickers" jouent juste à la devinette" (Neel Kashkari, Fed)
Deux traders souriants sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le jeudi 14 mai 2020 à 23h20

Une reprise économique rapide, en forme de "V", est à exclure face à la crise du coronavirus, a estimé jeudi Neel Kashkari, le président de la Réseve fédérale de Minneapolis. Si on pouvait nourrir cet espoir dans les premières semaines de la pandémie, la réalité s'est révélée différente, et la reprise devrait être "longue et lente", a-t-il ajouté lors d'une table ronde virtuelle diffusée en ligne.

Quant au rebond observé en Bourse depuis la fin mars, il ne "constitue pas un signal sur l'état de l'économie", a estimé le responsable de la Fed. "Les "stock pickers" jouent juste à la devinette. A ce stade, je préfère écouter les experts de la santé que les investisseurs", a ajouté M. Kashkari...

Après avoir plongé d'environ 35% à partir de la fin février, les indices boursiers américains ont regagné plus de 25% depuis leur point bas du 23 mars, dans l'espoir d'un redémarrage de l'économie après la levée des mesures de confinement en vigueur depuis la mi-mars. Les marchés ont aussi été soutenus par la Fed, qui a mis en place une batterie sans précédent de mesures de soutien à l'économie américaine. Le Congrès a adopté de son côté des plans d'aide d'un montant cumulé proche de 3.000 milliards de dollars.

Reprise progressive en vue à partir du 3e trimestre 2020

Même si le PIB des Etats-Unis devrait rebondir vivement à partir du 3e trimestre, il ne reviendra pas "et de très loin" à son niveau de la fin 2019, a prévenu Neel Kashkari. Après une chute de 4,8 % du PIB au premier trimestre en rythme annuel, le deuxième trimestre sera encore pire, en raison des mesures de confinement qui ont presque gelé l'activité du pays. Le PIB pourrait ainsi chuter de 11,8% par rapport au premier trimestre, ce qui représenterait une baisse de 39,6% par rapport au deuxième trimestre de 2019, selon le CBO (le Bureau du budget du Congrès américain).

Le taux de chômage, qui a bondi de 4,4% en mars à 14,7% en avril (un record), pourrait encore augmenter dans les prochains mois, et il "ne reculera que lentement", a ajouté le responsable de la Fed.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.