Remy Cointreau : avis partagés

Remy Cointreau : avis partagés
alcool verre boisson

Boursier.com, publié le lundi 26 avril 2021 à 10h29

Grâce à un quatrième trimestre très dynamique, Remy Cointreau est parvenu à dégager un chiffre d'affaires annuel en progression de 1,8% en organique (à devise et périmètre constant), à 1,01 milliard d'euros. En données publiées, le chiffre d'affaires 2020-2021 est en repli de -1,4%, intégrant une évolution défavorable des devises (-3,5%) et un effet périmètre positif de 0,3% lié aux acquisitions de JR. Brillet et J. de Telmont. Cette performance démontre la forte résilience du groupe dans un contexte marqué par la pandémie de COVID-19. Après un recul au 1er semestre, l'activité a significativement rebondi au 2nd semestre et a enregistré, au 4ème trimestre, une forte croissance organique de +15,1% avec des ventes de 229,4 ME.

Grâce à un quatrième trimestre très dynamique, Remy Cointreau est parvenu à dégager un chiffre d'affaires annuel en progression de 1,8% en organique (à devise et périmètre constant), à 1,01 milliard d'euros. En données publiées, le chiffre d'affaires 2020-2021 est en repli de -1,4%, intégrant une évolution défavorable des devises (-3,5%) et un effet périmètre positif de 0,3% lié aux acquisitions de JR. Brillet et J. de Telmont.
Cette performance démontre la forte résilience du groupe dans un contexte marqué par la pandémie de COVID-19. Après un recul au 1er semestre, l'activité a significativement rebondi au 2nd semestre et a enregistré, au 4ème trimestre, une forte croissance organique de +15,1% avec des ventes de 229,4 ME.

Dans un contexte sanitaire, économique et géopolitique toujours incertain, le groupe Rémy Cointreau reste confiant quant à sa capacité à sortir renforcé de la crise sanitaire.
Fort d'un chiffre d'affaires annuel légèrement supérieur à ses prévisions, Rémy Cointreau anticipe désormais une croissance organique de son Résultat Opérationnel Courant autour de +10%, pour l'année fiscale 2020-2021. Cette performance sera modérée par des effets devises désormais estimés à -5 ME. L'effet périmètre prévisionnel est inchangé (-2 ME).

Par ailleurs, le groupe anticipe un fort démarrage de l'année 2021-2022, soutenu par une base de comparaison très favorable, des effets de phasage de ses expéditions et de nouvelles tendances de consommation structurellement plus porteuses aux Etats-Unis.

Parmi les derniers avis de brokers, les opinions sont assez partagées, alors que la Deutsche Bank a revalorisé le groupe de 184 à 196 euros avec un avis à 'acheter' et la SocGen a rehaussé sa cible de 130 à 145 euros en restant à 'vendre'. Morgan Stanley a remonté son objectif de 129 à 135 euros en restant à 'sous-pondérer' et Barclays a ajusté sa cible de 174 à 172 euros ('pondération en ligne'). JP Morgan a revalorisé le dossier de 150 à 167 euros en étant toujours 'neutre'. Enfin, Bryan Garnier vise quant à lui désormais un cours de 135 euros en restant à la vente. Le titre réagit peu en bourse ce lundi, en hausse timide de 0,4% à 170,80 euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.