Rémy Cointreau recule malgré la "vraie reprise" attendue sur le second semestre

Rémy Cointreau recule malgré la "vraie reprise" attendue sur le second semestre
alcool verre boisson

Boursier.com, publié le jeudi 26 novembre 2020 à 10h24

Compte tenu d'une performance meilleure que prévue sur la première partie de son exercice, Rémy Cointreau table désormais sur une croissance organique de son résultat opérationnel courant annuel grâce à une "vraie reprise" attendue sur le second semestre. Le groupe de spiritueux a réalisé sur les six premiers mois de l'année un ROC de 106,2 millions d'euros, en baisse de 23,2% (-22,5% en organique contre un repli de 25% à 30% visé par la direction) pour un chiffre d'affaires de 430,8 ME, en recul de 17,8% en publié et de 16,4% en organique (à devises et périmètre constants), dans un contexte de pandémie mondiale. La marge opérationnelle courante montre ainsi une bonne résilience à 24,7%, en baisse limitée de 1,7 point.

Repli limité de la marge brute

Alors que la marge brute recule de 2,1 points (en organique), conséquence de la baisse des volumes et d'un mix produit défavorable, les investissements en communication (ratio en repli de 0.6 pt) et les coûts de structure, de distribution et de holding (ratio en hausse limitée de 0.4 pt) sont bien maitrisés. Les effets devises sont très légèrement défavorables sur la période (-1,0 ME). Hors éléments non-récurrents, le résultat net part du groupe s'établit à 65,2 ME, en repli de 23,0%. La dette nette s'établit à 427,3 ME, en baisse de 23,6 ME par rapport à mars 2020.

Vers une vraie reprise au 2ème semestre

Dans un contexte sanitaire, économique et géopolitique toujours incertain, le groupe Rémy Cointreau reste confiant quant à sa capacité à sortir renforcé de cette crise. Au terme de ce premier semestre, le groupe continue d'anticiper une vraie reprise au 2ème semestre, portée par les Etats-Unis et la Chine continentale. Ainsi, pour l'année fiscale 2020/21, Rémy Cointreau prévoit une croissance organique positive de son ROC. Cette performance devrait être légèrement modérée par des effets devises et périmètre défavorables à hauteur de 5,0 ME et de 3,0 ME, respectivement, selon les estimations actuelles.

Le marché en voulait plus

Après avoir ouvert dans le vert, le titre redonne désormais 1,3% à 148,9 euros. Oddo BHF note que le titre reste très bien valorisé avec un PE de 50x et un VE/EBITDA de 25x sur l'exercice en cours. Bien que la polarisation des multiples de valorisation dans le secteur du Food Beverage HPC puisse justifier une prime pour les 'Iconic Brands', à l'instar de Lindt dans le Food, le broker continue de préférer Pernod Ricard et Diageo qui offrent encore du potentiel de rerating grâce à leur degré de diversification opérationnelle tout en étant stratégiquement concentré. Le broker est à 'alléger' sur la valeur avec 105 euros dans le viseur.

"La performance du premier semestre est solide mais l'amélioration de la prévision pourrait n'être pas suffisante" pour porter le titre en Bourse, affirment les analystes de JPMorgan, qui évoquent une amélioration générale du consensus de résultats pour l'ensemble du secteur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.