Renault : Carole Ghosn en appelle au Président Macron en vue du G7 de Biarritz

Renault : Carole Ghosn en appelle au Président Macron en vue du G7 de Biarritz©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 22 août 2019 à 15h33

Dans un communiqué, Carole Ghosn lance un appel au Président Macron rappelant : "Alors que les dirigeants du Groupe des Sept vont se réunir à Biarritz à l'occasion du 45e sommet du G7, Carlos Ghosn, citoyen français, est toujours assigné à résidence au Japon, sans que n'ait été décidée de date de procès et ce, depuis 276 jours".

Par ailleurs, Carole Ghosn rappelle que son mari est toujours soumis à une interdiction de contact avec son épouse, depuis 140 jours.

Carlos Ghosn a en effet été libéré sous caution depuis le 25 avril 2019 mais "les modalités de cette liberté conditionnelle sont d'une rigueur excessive et abusive, violant ses droits fondamentaux, notamment s'agissant de la surveillance constante de ses mouvements et communications", indique l'épouse de l'ancien patron de l'Alliance Renault-Nissan.

"Traitement injuste"

Il y a deux semaines, le juge a rejeté le 5e appel de la famille concernant les droits de visite ou de communication de Carole Ghosn "et ce sans fournir la moindre justification".

Carole Ghosn explique encore que "non seulement la date du procès n'a pas encore été fixée", mais l'équipe de défense de Carlos Ghosn "se voit toujours refuser l'accès aux dossiers" alors que ce point est "essentiel pour assurer un procès équitable".
 
Dans sa "quête d'un procès équitable pour son mari", Carole Ghosn lance un nouvel appel au Président Emmanuel Macron pour qu'il évoque "le traitement injuste que subit son mari" avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe lors des rencontres de ce weekend à Biarritz lors du G7.

Une "justices des otages" et des conditions "cruelles"

"Dire que les conditions de mise en liberté sous caution de mon mari sont cruelles et inhabituelles serait un euphémisme", dénonce Carole Ghosn qui soutient : "La justice japonaise n'est pas alignée sur les standards des autres pays du G7. Ce système de 'justice des otages' va bien au-delà du cas de mon mari et devrait interpeller le gouvernement français. Je demande au Président Macron d'intercéder en faveur de mon mari auprès du Premier Ministre Abe pour veiller à ce que ses droits soient respectés".

L'épouse de Carlos Ghosn conclut : "Carlos mérite un procès équitable, qui commence par des conditions de liberté sous caution justes et la fixation d'une date de procès".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.