Renault grimpe après les annonces

Renault grimpe après les annonces
Concept-car Clio RS 16

Boursier.com, publié le jeudi 23 avril 2020 à 09h28

Renault fait état d'une forte baisse de son activité trimestrielle et souligne, qu'à ce jour, l'impact qu'aura la pandémie de Covid-19 sur les résultats du groupe est toujours impossible à évaluer. Le constructeur a enregistré un chiffre d'affaires de 10,125 milliards d'euros au premier trimestre, en repli de 19,2% et de 18,3% à taux de change et périmètre constants. Les ventes ont chuté de 25,9% à 672.962 véhicules sur un marché mondial qui décroît de 24,6%. En Europe, sur un marché en recul de 26,2%, les ventes de la société reculent de 36% à 321.756 unités avec une forte accélération de cette baisse en fin de trimestre en raison de l'arrêt de l'essentiel des activités industrielles et commerciales de l'entreprise.

5,5 MdsE de trésorerie brûlés sur les trois premiers mois de l'année

Au 31 mars, les stocks totaux (y compris le réseau indépendant) représentent 660.000 véhicules contre 656.000 à fin mars 2019. Renault a consommé 5,5 milliards d'euros de cash sur le trimestre, ramenant à 10,3 MdsE les réserves de liquidités du constructeur au 31 mars.

Pas de dividende cette année

Dans le contexte actuel lié à la pandémie de Covid-19, et dans un souci de responsabilité vis-à-vis de l'ensemble des parties prenantes du Groupe qui consentent des efforts ou subissent les effets de cette crise sans précédent, le Conseil d'administration de Renault a décidé, le 9 avril, de ne plus proposer la distribution de dividendes à son Assemblée générale du 19 juin.

Le Groupe entreprend de redémarrer l'activité commerciale et de production dans les pays où les conditions de sécurité et réglementaires le permettent, et mettra en oeuvre toutes les mesures appropriées pour répondre efficacement à la demande commerciale. Il communiquera une nouvelle guidance dès qu'il estimera être en mesure de le faire.

Un prêt garanti par l'Etat dans les prochaines semaines

En outre, lors de la conférence analystes suivant la publication des comptes du groupe au losange, Clotilde Delbos, directrice générale par intérim de Renault, a déclaré qu'il y avait de bonnes raisons de demander des milliards d'euros de prêts garantis par l'État. "Nous travaillons dessus, cela prend du temps mais j'ai confiance que cela puisse être mis en place avant l'annonce (du plan d'économies) en mai". Selon la dirigeante, le niveau de liquidité dont dispose Renault à fin mars est "assez confortable" mais le plan de prêts soutenu par la France offre une autre marge de sécurité supplémentaire. Renault "veut suffisamment de liquidités pour couvrir la crise" et il n'y a aucune visibilité sur la durée de celle-ci, a précisé Clotilde Delbos.

Le marché accueille favorablement ces annonces avec un titre qui prend 4% à 16,5 euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.