Renault : Macron ne veut rien lâcher sur la participation de l'Etat

Renault : Macron ne veut rien lâcher sur la participation de l'Etat©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 27 juin 2019 à 07h59

Alors que la participation de l'Etat français au capital de Renault, à hauteur de 15%, est de plus en plus pointée du doigt par les dirigeants de Nissan et a été vilipendée par les petits actionnaires nippons lors de la dernière AG de Nissan, Emmanuel Macron a mis les pieds dans le plat en déclarant aujourd'hui que rien ne justifiait une baisse de la participation de l'Etat français au capital de Renault.

En déplacement au Japon pour un sommet du G20 prévu vendredi et samedi, le président français a souhaité que l'alliance Renault-Nissan oeuvre à un renforcement de ses synergies et l'a invité à maintenir sa stabilité et à renforcer ses synergies, estimant que l'avenir passait par une intégration accrue afin que Renault-Nissan occupe une place de leader dans les véhicules électriques et dans les véhicules autonomes.

Ces déclarations concernant la participation de l'Etat français paraissent contradictoires avec celles faites il y a quelques semaines par son ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, selon lequel l'Etat français pourrait réduire sa part dans Renault si cela permettait de renforcer l'alliance avec Nissan.

Emmanuel Macron a par ailleurs jugé que la situation de Carlos Ghosn était un cas individuel qui ne devrait pas avoir de conséquences pour l'alliance Renault-Nissan.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.