Renault/Nissan : nouvelle bataille en vue pour la présidence de Nissan?

Renault/Nissan : nouvelle bataille en vue pour la présidence de Nissan?
Mondial de l'Automobile de Paris 2014, Carlos Ghosn

Boursier.com, publié le mercredi 20 février 2019 à 08h11

Malgré plusieurs signes d'apaisement, Renault et Nissan n'ont pas encore enterré la hache de guerre. La question de la présidence du constructeur nippon n'est par exemple pas encore réglée. Loin s'en faut puisque selon les informations du 'Financial Times', le comité spécial sur la gouvernance de Nissan va recommander de ne pas nommer le nouveau président de Renault, Jean-Dominique Senard, à la tête du groupe japonais.

D'après le journal, qui cite des sources informées des discussions, le comité spécial estime qu'il serait dangereux que le PDG de Renault soit aussi président de Nissan comme ce fut le cas de Carlos Ghosn, arrêté en novembre dernier au Japon sur des accusations de malversations financières. Or, Renault et l'Etat français, premier actionnaire du groupe automobile, poussent pour que Jean-Dominique Senard soit nommé aussi à la présidence de Nissan après avoir pris la tête de Renault le 24 janvier dernier.

Le comité craint notamment une trop grande concentration des pouvoirs comme cela a pu être le cas avec l'ancien grand patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Le comité spécial, composé de trois administrateurs externes de Nissan et de quatre membres tiers, a été mis en place par le groupe japonais pour examiner les causes des malversations présumées de son ex-président Carlos Ghosn. Il devrait formuler en mars des recommandations sur la sélection du président et sur l'amélioration des processus en matière de rémunération des administrateurs.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.