Rien de spécial à attendre de la BCE?

Rien de spécial à attendre de la BCE?©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 26 avril 2018 à 11h37

Outre la vague de résultats d'entreprises, l'actualité européenne du jour est également marquée par la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne. Aucune grosse information ne devrait sortir de ce rendez-vous dans la mesure où il ne fait guère de doute que l'Institution laissera ses taux inchangés. Les opérateurs guetteront néanmoins avec intérêt toute indication concernant l'avenir du programme de rachats d'actifs. Les commentaires de Mario Draghi sur le léger fléchissement de l'économie et sur l'évolution des changes devraient également être surveillés de près.

Adrian Hilton, responsable taux et devises de Columbia Threadneedle Investments, explique que "la BCE ne changera pas de cap lors de la réunion d'aujourd'hui. Nous croyons que le Conseil des gouverneurs est décidé à mettre fin à ses achats d'actifs d'ici la fin de l'année et nous ne pensons pas obtenir de fermes indications sur le processus de réduction avant la fin de l'année. Cependant, la conférence de presse sera l'occasion pour Mario Draghi d'établir comment faire face au récent ralentissement des données économiques européennes. Après la solide performance de l'an dernier, il semble que l'activité ait ralenti au premier trimestre. Cela est dû en partie au cycle des inventaires, mais aussi aux perturbations causées par le mauvais temps en Europe du Nord et les conflits industriels en Allemagne. À ce stade, nous appellerions cela une oscillation plutôt qu'un renversement de la dynamique de croissance de la zone euro, mais cela empêchera probablement la BCE d'exprimer ses orientations futures dans une direction plus restrictive. Nous pensons que le marché sous-évalue la politique de la BCE en 2019 et 2020, mais la réunion d'aujourd'hui pourrait ne pas offrir beaucoup d'indices".

"La BCE n'a pas besoin de se montrer aussi accommodante (...) qu'elle ne l'a été lors de sa réunion du 8 mars. Elle devra plutôt maintenir les anticipations du marché sur l'inévitable normalisation de sa politique monétaire", estiment pour leur part les économistes de Société générale.

Les stratégistes de la Banque Postale pensent eux qu'il n'y a rien de substantiel à attendre aujourd'hui. "On a appris de sources bien informées que les indications sur la politique future (ou "forward guidance" en bon franglais) ne devraient être changées qu'à la réunion de juin. Le QE de 30 milliards par mois s'achève en septembre et il y a maintenant un très large consensus de marché pour dire qu'il n'y aura pas un arrêt brutal après cette date. Mario Draghi peut y faire allusion..."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU