Royal Dutch Shell : énorme perte mais le dividende va augmenter

Royal Dutch Shell : énorme perte mais le dividende va augmenter
Royal Dutch Shell

Boursier.com, publié le jeudi 04 février 2021 à 10h32

Encore des résultats décevants dans l'industrie pétrolière. Après BP ou Exxon Mobil, Royal Dutch Shell a fait état ce matin de comptes peu reluisants au titre de son quatrième trimestre avec un profit net ajusté de 393 millions de dollars, en baisse de 87% sur un an. Le géant anglo-néerlandais a notamment été pénalisé par la faiblesse des prix du gaz naturel liquéfié, la baisse de sa production et des marges de raffinage. Le consensus était positionné à 597 M$. Le flux de trésorerie provenant des opérations s'est élevé à 6,29 Mds$, contre 10,4 Mds$ du troisième trimestre.

Encore des résultats décevants dans l'industrie pétrolière. Après BP ou Exxon Mobil, Royal Dutch Shell a fait état ce matin de comptes peu reluisants au titre de son quatrième trimestre avec un profit net ajusté de 393 millions de dollars, en baisse de 87% sur un an. Le géant anglo-néerlandais a notamment été pénalisé par la faiblesse des prix du gaz naturel liquéfié, la baisse de sa production et des marges de raffinage. Le consensus était positionné à 597 M$. Le flux de trésorerie provenant des opérations s'est élevé à 6,29 Mds$, contre 10,4 Mds$ du troisième trimestre.

Sur l'ensemble de l'exercice, le groupe voit son bénéfice ajusté chuter de 71% à 4,8 milliards de dollars, le plus faible niveau depuis 2000. La perte nette atteint 21,7 milliards de dollars en raison d'énormes dépréciations d'actifs enregistrées plus tôt dans l'année en lien avec la chute des cours du brut. Le groupe a en effet déprécié près de de 16,8 Mds$ d'actifs au deuxième trimestre après avoir fortement réduit ses perspectives concernant les prix du pétrole et du gaz à la suite de la pandémie.

La faiblesse du cash-flow a entraîné une dégradation du bilan par rapport au trimestre précédent, mais la direction a réitéré son engagement à augmenter à nouveau le dividende, après l'avoir fortement réduit l'année dernière (une première depuis 80 ans). La dette nette du géant pétrolier a augmenté sur trois mois de 73,5 à 75,4 milliards de dollars. Or, ce chiffre est très surveillé par les investisseurs dans la mesure où Shell a promis une nouvelle augmentation du dividende et des rachats d'actions lorsque l'endettement tombera sous les 65 Mds$.

Malgré tout, et signe de confiance dans l'avenir, le management a décidé de rehausser le versement d'environ 4% au premier trimestre 2021. "Nous sortons de 2020 avec un bilan plus solide, prêts à accélérer notre stratégie", a ainsi déclaré le DG de Shell, Ben Van Beurden, qui juge la hausse progressive du dividende comme une 'top priority'. Le groupe a annoncé fin septembre la suppression de 9.000 emplois, soit plus de 10% de ses effectifs, dans le cadre de son plan stratégique visant à devenir un groupe à faible émission de CO2.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.