Ryanair : s'en prend encore aux aides d'État accordées à Air France KLM et autre Lufthansa

Ryanair : s'en prend encore aux aides d'État accordées à Air France KLM et autre Lufthansa©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 18 mai 2020 à 08h22

Affecté par la crise du Covid-19 pour une période de seulement 15 jours sur son exercice fiscal clos fin mars, Ryanair dévoile des résultats annuels en progression avec un bénéfice net de 1 milliard d'euros, en hausse de 13%, pour des revenus de 8,49 MdsE (+10%). La compagnie à bas coûts précise que l'immobilisation au sol de la quasi-totalité de sa flotte sur la dernière quinzaine de mars a amputé son trafic annuel de plus de 5 millions de voyageurs et réduit ses profits de plus de 40 ME.

Comme indiqué précédemment, Ryanair prévoit d'exploiter moins de 1% de son programme de vols réguliers au premier trimestre (d'avril à juin) avant une certaine montée en puissance sur les trois mois clos fin septembre. La compagnie ne prévoit néanmoins pas de transporter plus de 50% de son objectif initial de 44,6 millions de passagers au deuxième trimestre alors que les réservations sont affectées par les restrictions de santé publique.

Ryanair profite de sa publication annuelle pour en remettre une couche sur les milliards de dollars d'aides d'État accordés à certaines compagnies : "lorsque les compagnies aériennes du groupe reprendront leurs vols réguliers à partir de juillet, le paysage concurrentiel en Europe sera faussé par des montants d'aides d'État sans précédent (en violation des règles de l'UE), en vertu desquelles plus de 30 milliards d'euros ont été donnés aux groupes Lufthansa, Air France-KLM, Alitalia, SAS et Norwegian, entre autres. Nous nous attendons donc à ce que le trafic sur des programmes de vol réduits fasse l'objet d'importantes réductions de prix, et de ventes à perte, de la part de ces transporteurs nationaux qui ont d'énormes trésors de guerre en matière d'aides d'État".

La société s'attend à enregistrer une perte de plus de 200 millions d'euros au premier trimestre, et un déficit moins important sur les trois mois estivaux, en raison d'une baisse substantielle du trafic et de la tarification en lien avec la crise du Covid-19. Le groupe prévoit actuellement de transporter moins de de 80 millions de passagers au cours de l'année fiscale 2021, soit près de 50% de moins que l'objectif initial de 154 millions.

Au niveau du bilan, le groupe irlandais souligne avoir mis en oeuvre, depuis la mi-mars, une série de mesures pour préserver ses liquidités, réduire ses coûts, annuler ses rachats d'actions et différer ses dépenses de fonctionnement et d'investissement non essentielles. En conséquence, la consommation hebdomadaire moyenne de liquidités est passée d'environ 200 millions d'euros en mars à un peu plus de 60 ME en mai.

Enfin, Ryanair, qui ne s'attend pas à recevoir son premier B737MAX avant le mois d'octobre, explique examiner actuellement ses plans de croissance à court terme et est en négociations actives avec les loueurs d'A320 de Lauda et de Boeing afin de réduire ses livraisons prévues au cours des 24 prochains mois pour tenir compte du ralentissement de la croissance du trafic après le Covid-19 en 2020 et 2021.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.