Saint-Gobain grimpe, publication et objectifs bien accueillis

Saint-Gobain grimpe, publication et objectifs bien accueillis©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 26 février 2021 à 09h35

Saint-Gobain fait partie des bons élèves du jour avec un titre qui avance de 3,2% à 44,5 euros au lendemain de la publication de solides comptes annuels. Le spécialiste des matériaux de construction a dégagé l'an passé un cash-flow libre record de plus de 3 MdsE (+63,9%) avec un taux de conversion en hausse à 81% (44% en 2019) tandis que l'endettement a reculé à 7,2 MdsE, contre 10,5 MdsE en 2019. Le groupe confirme la proposition de versement d'un dividende en espèces de 1,33 euro par action.

Saint-Gobain fait partie des bons élèves du jour avec un titre qui avance de 3,2% à 44,5 euros au lendemain de la publication de solides comptes annuels. Le spécialiste des matériaux de construction a dégagé l'an passé un cash-flow libre record de plus de 3 MdsE (+63,9%) avec un taux de conversion en hausse à 81% (44% en 2019) tandis que l'endettement a reculé à 7,2 MdsE, contre 10,5 MdsE en 2019. Le groupe confirme la proposition de versement d'un dividende en espèces de 1,33 euro par action.

En 2021, le management vise une forte progression du résultat d'exploitation à structure et taux de change comparables, avec une progression de la marge d'exploitation de plus de 100 points de base par rapport aux 7,7% de 2018 (dans l'hypothèse d'un retour aux volumes de 2018), confirmant le succès de "Transform & Grow".

Le groupe a par ailleurs annoncé le départ de son emblématique PDG, Pierre-André de Chalendar. Ce dernier quittera ses fonctions de DG cet été et sera remplacé à partir du 1er juillet par Benoît Bazin, actuellement directeur général délégué. Pierre-André de Chalendar continuera à exercer la présidence du conseil d'administration.

Les perspectives positives et une plus grande confiance dans les objectifs de marge pour l'exercice 2021 devraient attirer l'attention, plutôt que les nouvelles dépréciations annoncées par le groupe, affirme Jefferies. Le changement de DG arrive plus tôt que prévu, mais le marché avait déjà anticipé la succession.

Les résultats de bonne facture ne constituent pas une surprise et le groupe en avait déjà communiqué les grandes lignes le 6 janvier dernier. Le marché devrait en revanche apprécier la nomination de Benoit Bazin au poste de CEO avec un an d'avance, nouveau signal des changements en profondeur opérés depuis plus de 2 ans maintenant, souligne Oddo BHF ('surperformer'). L'analyste continue de penser que le titre sera tiré par la révision à la hausse de la séquence bénéficiaire, des nouvelles cessions (Pont à Mousson et surtout de la Distribution UK une nouvelle fois dépréciée) ainsi que par la nomination de Benoît Bazin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.