Sale temps pour Sanofi

Sale temps pour Sanofi©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 13 décembre 2017 à 06h49

Sanofi a largement communiqué, hier, sur son vaccin contre le Dengue, suspendu aux Philippines fin novembre après que le laboratoire eut indiqué que la vaccination devait se limiter aux individus ayant déjà contracté la maladie. Dengvaxia est en effet susceptible de provoquer des cas sévères de dengue sur les individus qui n'avaient jamais contracté la maladie. L'efficacité du vaccin n'est pas remise en cause dans les autres cas, mais sa réputation est sérieusement écornée. Le laboratoire a mis en avant la complexité de la dengue et la nécessité de disposer de données de long terme pour comprendre tous les mécanismes de la maladie et du vaccin. De surcroît, la conduite des études de suivi était compliquée par l'absence de conservation d'échantillons de sang pour la majeure partie des patients concernés. Le communiqué diffusé hier soir intervient alors que l'Agence Reuters a publié un long papier titré "Est-ce que Sanofi et l'OMS ont ignoré les signaux d'alerte dans le vaccin contre la dengue ?".

Une chose est sûre, le potentiel commercial de Dengvaxia a du plomb dans l'aile. Certains analystes avaient pensé, compte tenu de l'importance de la dengue sur la planète, que le vaccin pourrait générer jusqu'à 1 milliard de dollars de ventes annuelles et ainsi entrer dans la catégorie des "blockbusters" médicaux. Etant le seul produit sur le marché, il aurait garanti à Sanofi une rente longue. Ce revers intervient alors que Sanofi Pasteur, la division vaccins du groupe, a subi deux sacrés coups durs récemment avec ses vaccins contre l'infection à Clostridium difficile et le virus Zika, tous deux stoppés en cours de développement. Comme le pipeline de la société était déjà considéré comme fragile, ces deux nouvelles n'ont fait qu'accroître la prudence des investisseurs vis-à-vis du dossier.

Actuellement, seuls 31% des analystes qui suivent le dossier ont un avis positif sur Sanofi, contre 60% de neutres et 9% de négatifs. Cela classe le laboratoire Français en queue de peloton (16ème sur 20) des grandes valeurs du secteur en Europe les plus recommandées par les analystes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.