Sanofi et Regeneron accélèrent leurs programmes cemiplimab et dupilumab

Sanofi et Regeneron accélèrent leurs programmes cemiplimab et dupilumab
Une boîte de Dupixent, traitement de Sanofi et Regeneron contre l'eczéma (dermatite atopique).

Boursier.com, publié le lundi 08 janvier 2018 à 13h13

Après avoir annoncé plus tôt dans la journée la révision de ses accords avec Alnylam, Sanofi fait part d'une modification dans ses relations avec Regeneron, l'un de ses principaux partenaires. Les deux laboratoires ont décidé de renforcer leurs investissements dans le développement clinique de l'anticorps anti-PD-1 cemiplimab en oncologie, ainsi que dans l'anticorps dupilumab dans le traitement des maladies allergique de type 2.

1 Md$ de plus pour cemiplimab

Sanofi et Regeneron vont porter à 1,64 milliard de dollars leurs investissements dans le développement clinique du cemiplimab, soit près d'1 Md$ de plus que ne le prévoyait l'accord initial. Les fonds seront versés à parité. Les autres investissements prévus dans le cadre de l'accord de 2015 seront maintenus. L'anticorps expérimental cemiplimab est actuellement étudié en monothérapie et en association avec d'autres modalités thérapeutiques dans le traitement de plusieurs cancers (cancer avancé de la peau, cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules, cancer du col et lymphomes). Des études dans d'autres indications vont aussi débuter cette année. Les partenaires vont soumettre des demandes d'autorisation de mise sur le marché pour le cemiplimab dans le traitement du carcinome épidermoïde cutanée avancé, aux États-Unis et dans l'Union européenne, dans le courant du premier semestre de 2018.

Accélération sur dupilumab et REGN3500

Pour dupilumab, le renforcement des dépenses doit permettre d'accélérer le lancement des nouvelles études prévues dans la bronchopneumopathie chronique obstructive, l'allergie aux arachides et aux graminées, ainsi que chez des patients présentant plusieurs maladies allergiques. Ces indications s'ajoutent à celles faisant partie du programme de développement clinique du dupilumab en cours dans la dermatite atopique et l'asthme de l'enfant, l'oesophagite à éosinophiles et la polypose nasale. Le traitement a déjà été validé aux Etats-Unis et en France dans la dermatite atopique, modérée à sévère, de l'adulte, et fait l'objet d'une demande supplémentaire de licence de produit biologique dans le traitement de l'asthme persistant non contrôlé des patients à partir de 12 ans. Ces investissements supplémentaires permettront également d'intensifier le développement de REGN3500, un anticorps anti-IL-33, qui devrait prochainement faire l'objet d'études dans le traitement de la dermatite atopique, de l'asthme et de la bronchopneumopathie chronique obstructive. L'augmentation des fonds alloués au développement du dupilumab et de REGN3500 sera opérée conformément à l'accord de collaboration et de licence qui lie les deux entreprises en vue du développement d'anticorps thérapeutiques.

Sanofi peut céder des titres Regeneron

Dans le cadre des accords étendus, Regeneron a accepté d'accorder une dérogation limitée à la "clause d'incessibilité", si bien que Sanofi pourra vendre un faible pourcentage des actions ordinaires de Regeneron en sa possession pour financer une partie de la hausse des investissements consentis aux programmes de développement du cemiplimab et du dupilumab. Cette dérogation permettra à Sanofi de vendre à Regeneron, dans le cadre d'opérations privées, jusqu'à 1,4 million d'actions ordinaires (qui ont actuellement une valeur de marché de 539,1 M$) jusqu'à la fin de 2020, soit 6% environ des 23,9 millions d'actions ordinaires actuellement détenues par Sanofi. Si Regeneron décide de ne pas racheter ces actions, Sanofi sera alors autorisée à les vendre sur le marché public, sous réserve de certaines limites de volume et de délai.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.