Sanofi récupère les droits mondiaux sur le fitusiran d'Alnylam

Sanofi récupère les droits mondiaux sur le fitusiran d'Alnylam©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 08 janvier 2018 à 06h04

Sanofi a modifié les accords qui le lient au laboratoire américain Alnylam dans le domaine du traitement des maladies rares avec des agents ARNi. Désormais, le Français possède les droits mondiaux sur fitusiran dans le traitement de l'hémophilie et d'autres troubles hémorragiques rares, tandis qu'Alnylam récupère les droits sur patisiran et ALN-TTRsc02 dans le traitement de l'amylose héréditaire à transthyrétine. Chacun des laboratoires est éligible à des redevances sur les ventes des produits vendus par l'autre. Les autres candidats continuent à être développés conformément à l'accord signé en 2014.

Le groupe français a prévu de faire commercialiser par sa division Sanofi Genzyme. Cette nouvelle structure simplifie les activités et donne à chaque entreprise la souplesse nécessaire pour mettre ces médicaments, une fois approuvés, à la disposition des patients dans les meilleurs délais possibles, a estimé le patron de Sanofi Genzyme, Bill Sibold. Financièrement, Alnylam continuera à supporter les coûts de développement du fitusiran jusqu'à la finalisation des accords, mi-2018. Sanofi versera un paiement d'étape de 50 M$ à son partenaire après l'administration du candidat au premier patient dans le cadre de la phase III ATLAS. Concernant patisiran et ALN-TTRsc02, Alnylam reprendra à sa charge tous les coûts de développement, mais aucun flux financier n'est prévu entre les deux entreprises.

Des redevances élevées

Sanofi Genzyme et Alnylam restent éligibles à des redevances à taux progressif comprises entre 15% et 30% des ventes globales nettes sur l'ALN-TTRsc02 et le fitusiran, s'ils venaient à être commercialisés. Le Français est éligible à des redevances progressives pouvant représenter 25% des ventes réalisées en dehors des États-Unis, du Canada et des pays d'Europe occidentale par patisiran. Enfin, Sanofi conserve la possibilité d'exercer une option sur le développement et la commercialisation des autres produits d'Alnylam dans le traitement des maladies génétiques rares en dehors des États-Unis, du Canada et des pays d'Europe occidentale, de même qu'un droit sur une licence mondiale.

Sanofi possède un peu moins de 11% du capital d'Alnylam. Les deux laboratoires avaient déposé en décembre une demande de mise sur le marché européen de patisiran, qui bénéficie d'une revue accélérée d' l'Agence européenne du médicament.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.