SEB grimpe après une publication rassurante

SEB grimpe après une publication rassurante©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 27 octobre 2020 à 09h28

Dans un marché à nouveau mal orienté, SEB avance de 1,6% à 145,2 euros au lendemain de son point trimestriel. Le spécialiste du petit électroménager a vu ses ventes internes rebondir de 4,4% au troisième trimestre, à 1,797 milliard d'euros, alors que le résultat opérationnel d'activité a atteint 221 ME, contre 178 ME en 2019. Le groupe anticipe, pour l'ensemble de l'année, un recul de 5% à 6% de ses ventes et de 25% à 30% de son résultat opérationnel à changes et périmètre constant.

Portzamparc évoque une très bonne publication sur les volumes, malheureusement gâchée par les changes. La maison de bourse passe néanmoins de 'conserver' à 'renforcer' sur le dossier en visant 160 euros.

Pour Oddo BHF, cette publication souligne une excellente dynamique commerciale et une bonne tenue des marges. Compte tenu du manque de visibilité sur le T4, le groupe est prudent mais la guidance correspond aux attentes du broker sorte que ses estimations sont inchangées. L'augmentation du budget pub/marketing au T4 contribuera à dynamiser les ventes. L'endettement est maitrisé et permettra de réaliser des acquisitions à moyen terme. 2021 devrait renouer avec une croissance organique du CA plus normative (+6,9% estimé) accompagnée par le rebond du PIB. De quoi rester à l''achat' avec une cible de 177 euros.

Bryan Garnier ('achat') met également en avant le modèle économique résilient de la société malgré quelques contretemps à court terme. Le titre est un des préférés du courtier dans le secteur dans la mesure où le petit équipement ménager (PEM) est une catégorie assez défensive. En effet, l'analyste rappelle que lors de la crise financière de 2009, le Groupe SEB a été le seul dans son univers de couverture, aux côtés d'Essilor, à ne pas afficher de croissance organique négative. En période de difficultés économiques, les ménages ont tendance à éviter les restaurants, ce qui dope la consommation à domicile (actuellement stimulée par l'éloignement social et les préoccupations sanitaires), et les ventes de PEM, qui sont moins sensibles aux moindres dépenses des ménages que les gros appareils ménagers grâce à un prix de vente moyen peu élevé (60 euros). SEB peut également s'appuyer sur son mix géographique favorable tant que la Chine (25% des ventes totales) évite une deuxième vague de COVID-19. Enfin, le rebond rapide du PEM en mai-juin permet aux investisseurs de jouer l'accélération des tendances sous-jacentes une fois que la situation macroéconomique s'améliorera.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.