Seb : la perte de chiffre d'affaires pour le T1 est estimée autour de 250 ME avec le Covid-19

Seb : la perte de chiffre d'affaires pour le T1 est estimée autour de 250 ME avec le Covid-19©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 27 février 2020 à 07h08

Le Groupe SEB a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 7.354 ME, en progression de 8%, incluant une croissance organique de 5,8%, un effet devises de +1% (71 ME) et un effet périmètre de +1,2% (75 ME), lié à la consolidation de Wilbur Curtis sur 11 mois et de Krampouz sur 3 mois.
Cette solide dynamique provient de ventes Grand Public en croissance ferme, de 5,2% à tcpc, nourrie par toutes les zones géographiques et toutes les lignes de produits, d'une Activité Professionnelle qui a poursuivi son développement rapide, à +12,1% à tcpc, malgré une base 2018 exigeante.
Cette performance de qualité a été réalisée dans un environnement général compliqué et volatil. Elle constitue la 6e année consécutive de croissance organique supérieure à 5% et reflète la pertinence de la stratégie du Groupe SEB.

RESULTAT OPERATIONNEL D'ACTIVITE (ROPA)

Le Groupe a réalisé en 2019 un Résultat Opérationnel d'Activité (ROPA) de 740 ME. En 5 ans, le Groupe a ainsi doublé son ROPA publié. En croissance de 6,5% par rapport au ROPA 2018, il intègre un effet devises légèrement négatif (-5 ME, contre -45 ME en 2018) ainsi que des effets périmètre (+9 ME, pour Wilbur Curtis et Krampouz) et méthode (IFRS 16, pour +9 ME).

La croissance organique du ROPA 2019 s'établit donc à 4,7%.

RESULTAT D'EXPLOITATION ET RESULTAT NET

Le Résultat d'Exploitation du Groupe pour 2019 s'élève à 621 ME, contre 625 ME en 2018. Il intègre une charge d'Intéressement et de Participation de 35 ME, contre 34 ME en 2018, et l'abondement du Groupe au plan d'actionnariat salarié de 2019 pour 2 ME. Il inclut également d'autres produits et charges, à hauteur de -82 ME (-36 ME en 2018) avec notamment : - Des provisions pour restructuration de l'activité Grand Public de WMF, pour environ 40 ME, couvrant principalement des dépréciations d'actifs industriels (fermeture du site d'articles culinaires de Geislingen) et les coûts sociaux estimés (plan de départs volontaires) ;
- Des régularisations comptables liées à des pratiques commerciales de Groupe SEB Deutschland dérogatoires aux principes du Groupe. D'un montant proche de 20 ME, elles sont passées au titre de l'exercice 2018.

Reflétant notamment un niveau plus élevé de charges non récurrentes, le Résultat net part du Groupe s'élève à 380 ME, contre 419 ME en 2018. Il s'entend après charge d'impôt de 131 ME, représentant un taux d'impôt effectif pour l'exercice 2019 de 23,5%, et après intérêts des minoritaires de 49 ME (43 ME en 2018), dont l'accroissement reflète les performances de Supor en Chine.

BILAN

Au 31 décembre 2019, les capitaux propres s'élevaient à 2 628 ME, en augmentation de 321 ME par rapport à fin 2018. La dette nette s'élevait au 31 décembre 2019 à 1.997 ME, contre 1 578 ME un an auparavant, soit une hausse de 419 ME, à mettre principalement au compte de l'effet IFRS 16, pour 334 ME. Hors cet effet, l'augmentation de la dette, de l'ordre de 85 ME, s'explique par les acquisitions de l'exercice (Wilbur Curtis et Krampouz) et par le versement du dividende, de 137 ME. Le cash-flow libre est resté robuste, s'élevant en 2019 à 367 ME ; il intègre en particulier un accroissement des investissements ainsi que des charges financières et d'impôt sur l'exercice.
Le besoin en fonds de roulement (BFR) à fin 2019 s'est, quant à lui, établi à 1.215 ME, soit 16,5% des ventes, en ligne avec la solide performance de 2018. Malgré des conditions de marché souvent durcies, le Groupe a en effet poursuivi ses efforts en matière de gestion des stocks et du poste clients.
Au 31 décembre 2019, le taux de dette nette / capitaux propres du Groupe était de 76% (63% hors IFRS 16) contre 68% à fin 2018 et le ratio dette nette / EBITDA ajusté de 2,1x. La mise en place d'IFRS 16 impacte en 2019 le levier à hauteur de 0,2x. Hors effet IFRS 16 et hors acquisitions, le ratio se serait élevé en fin d'année 2019 à 1,6x.

DIVIDENDE

Le Conseil d'Administration, dans sa séance du 25 février 2020, a proposé de distribuer, au titre de l'exercice 2019, un dividende de 2,26 euros par action, en croissance de 5,6%. Celle-ci reflète à la fois les bonnes performances de 2019, notamment en matière de rentabilité opérationnelle, ainsi que la confiance du Conseil dans la poursuite du développement du Groupe, malgré l'absence de visibilité liée à Covid19. Pour les actionnaires détenteurs d'actions inscrites au nominatif depuis plus de 2 ans, le dividende sera majoré d'une prime de fidélité de 10%, portant le dividende à 2,49 euros par action (détentions inférieures à 0,5% du capital). La date de détachement du coupon de l'action est fixée au 22 mai et celle du paiement du dividende au 26 mai 2020.

IMPACTS COVID-19

Le Groupe SEB dispose de 42 sites industriels dans le monde, dont 7 en Chine qui produisent à la fois pour le marché domestique chinois et pour le reste du Groupe.
Pour ce qui est de l'activité industrielle en Chine, 6 usines sur 7 ont repris leur activité entre le 17 février et le 24 février, selon les sites, avec une montée en puissance progressive en fonction de la disponibilité de nos employés. Nous estimons à ce stade un retour à pleine capacité de production à fin mars.
Concernant notre septième usine à Wuhan, les autorités chinoises n'envisagent pas la levée de la quarantaine avant mi-mars. Dans ces circonstances, Supor transfère les productions les plus urgentes de Wuhan vers d'autres sites ou vers des sous-traitants.
Par ailleurs, la quasi-totalité des sous-traitants ont relancé leurs productions avec une accélération progressive. Nos stocks sont à ce jour suffisants pour faire face aux besoins.
En ce qui concerne l'activité commerciale, la Chine reste le pays le plus touché. La perte de chiffre d'affaires pour le 1er trimestre est actuellement estimée autour de 250 ME (comprenant l'impact très pénalisant de Covid-19 et l'effet de l'historique élevé du Chinese New Year de début 2019).

PERSPECTIVES

"L'environnement géopolitique reste incertain et les enjeux liés à la crise sanitaire actuelle sont majeurs et difficiles à quantifier sur l'ensemble de l'année. L'environnement matières premières se présente à ce stade plus favorablement que l'an dernier mais le Groupe anticipe pour 2020 une volatilité des devises supérieure à celle de 2019.
Hors l'enjeu de la crise, le Groupe est sur une trajectoire de croissance organique de son chiffre d'affaires et de progression de son Résultat Opérationnel d'Activité. Toutefois, la visibilité pour les mois qui viennent est réduite. De plus notre historique 2019 est élevé, en particulier en début d'année. Nous anticipons ainsi des performances en baisse au 1er trimestre du fait notamment d'effets de base exigeants en Chine et pour le Café professionnel, ainsi que de l'impact négatif de Covid-19 sur les ventes domestiques de Supor depuis février.
Le Groupe met tout en oeuvre pour limiter la portée de l'épidémie sur son activité en 2020, en s'appuyant en particulier sur la flexibilité de son outil industriel. Dans cette période compliquée, il garde avant tout son cap de long terme, fondé sur une croissance rentable responsable" conclut le groupe.

Déclaration de T. de La Tour d'Artaise, Président-Directeur Général du Groupe SEB : "2019 marque pour le Groupe SEB une nouvelle année de croissance organique à plus de 5%, et ceci pour la sixième année consécutive. Toutes les zones géographiques et toutes les lignes de produits sont en hausse, générant de belles performances financières avec un Résultat Opérationnel d'Activité en progression de 6,5%.
L'année 2020 s'ouvre sur un contexte d'incertitudes concernant l'environnement général, amplifiées par l'épidémie du coronavirus. Cette crise, dont il est encore trop tôt pour évaluer la durée et l'impact, montre une fois encore la mobilisation et la solidarité des équipes dans toutes nos géographies. Je tiens à adresser un message de soutien et de remerciements à tous nos salariés et partenaires touchés, et particulièrement à nos équipes chinoises qui, depuis le début de la crise, font un travail remarquable.
Je suis confiant dans la solidité de notre modèle stratégique de croissance équilibré - marques, géographies, catégories de produits et canaux de distribution - fondé sur un dispositif industriel mondial. Ce modèle, dans un secteur d'activité porteur et résilient, nous a jusqu'à présent toujours permis de traverser les crises et de garder notre cap dans la durée.
Il s'inscrit dans une démarche de responsabilité environnementale et sociétale, largement reconnue et créatrice de valeur pour tous."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.