SES lâche prise après la chute de son dividende

SES lâche prise après la chute de son dividende©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 23 février 2018 à 11h07

Les résultats annuels de l'opérateur satellitaire SES sont en souffrance, sans surprise. Comme le redoutaient certains, le groupe renonce à sa politique de dividende antérieure pour financer son redressement. Le coupon versé au titre de 2017 sera de 0,80 euro, contre 1,34 euro un an avant. Si le titre a tenu en début de séance, les pertes ont rapidement pris le dessus, puisque l'action chute en fin de matinée de près de 6,9% à 10,95 euros. La baisse du dividende et l'abaissement potentiel du consensus pourraient mettre l'action sous pression, mais les attentes sont basses et le titres avait reculé en amont des résultats, soulignait avant l'ouverture Michael Hill, chez UBS. De son point de vue, la prévision de chiffre d'affaires pour la branche Vidéo est faible tandis que celle de Networks est plus robuste que prévu. Les marges d'Ebitda attendues sont légèrement plus faibles que prévu. L'analyste attendait d'y voir plus clair lors de la conférence de présentation qui s'est tenue à partir de 8h30 ce matin. Apparemment, le management ne s'est pas montré convaincant.

L'Ebitda a tenu

Le chiffre d'affaires 2017 a atteint 2,03 milliards d'euros, en retrait de -5,2% en comparable, pour un Ebitda de 1,324 MdE, en baisse de -7,6%. La marge recule donc de 66,7 à 65,1%. Le résultat opérationnel ressort à 610,6 ME, en recul de -14,4% sur une base comparable, tandis que le bénéfice net part du groupe chute de -38%, à 596,1 ME. L'opérateur satellitaire fait nettement reculer son dividende, qui passe de 1,34 à 0,80 euro. Le consensus Bloomberg visait 2,035 MdsE de revenus, 1,325 MdE d'Ebitda et 462 ME de bénéfice net. Mais le dividende était attendu stable à 1,34 euro.

2017 a été une année de transformation cruciale pour SES, souligne le PDG Karim Michel Sabbagh, qui concède que les performances opérationnelles ont été inférieures aux prévisions "en raison de difficultés persistantes sur le marché tout au long de 2017, auxquelles sont venus s'ajouter certains problèmes liés à l'état de santé de la flotte". Le dirigeant explique que la décision a été prise de modifier la politique de dividende, pour soutenir la croissance dans les années à venir au fur et à mesure du développement de notre activité.

Pour 2018, le groupe vise 1,3 à 1,32 MdE de revenus chez SES Vidéo et 660 à 690 ME chez SES Networks, pour une marge d'Ebitda consolidée allant de 64 à 64,5%. En 2020, SES Vidéo devrait dépasser 1,35 MdE de revenus et SES Networks 875 ME. La marge d'Ebitda devrait ainsi remonter au-dessus des 65%. Il y a quelques jours, la société avait annoncé le remplacement de Karim Michel Sabbagh et Padraig McCarthy par Steve Collar et Andrew Browne en avril.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - SES lâche prise après la chute de son dividende
  • avatar
    ralleur -

    au prix de 11 euros le dividende de 0.80 assure quand même du 7 % . Alors de quoi les actionnaires ont-ils à se plaindre ? surtout que ce titre ne va pas en rester là et attirer des actionnaires moins peureux et qui se contentent d'un 7 %

  • avatar
    Tueur -

    Fuir cette valeur .......

  • avatar
    ajlbn -

    référence à l'article :
    François Ruffin: "François de Rugy voudrait une Assemblée aussi triste et ennuyeuse que lui"
    Statut : refusé
    Il y a 12 heures La cellule de réponses formatées anti France Insoumise est à la manœuvre! Elle préfère les dociles parlementaires qui votent ce qu'on leur dit de voter! Pauvre France
    40- fois censuré-repassé
    ------------
    référence à l'article :
    Schiappa juge "irresponsable" l'article du magazine Ebdo sur Hulot (JDD)
    Statut : refusé
    Il y a 13 heures
    Et Mme Schiappa pense quoi de la plainte de Mme Mitterrand, et de ce qu'elle dit avoir vécu à contrainte, avec M Hulot? De la compassion pour le ministre, réflexe de caste? On l'a vu plus vindicative à l'endroit d'autres hommes accusés par des femmes de faits semblables. Je ne suis pas certain que son intervention facilite la reconnaissance de la parole des femmes qui ont à se plaindre de tels agissements. Combien d'autres affaires classées sans suite, pour divers motifs, et dont on ne parle pas?
    Côté irresponsabilité, Mme Schiappa, qui a commis un livre donnant des conseils pour frauder la sécurité sociale, est bien mal placée. Cette pas si nouvelle en politique (ex socialiste au Mans) a encore à apprendre! Une tête bien pleine, mais bien faite???
    27- fois censuré-repassé
    -----------
    référence à l'article :
    A l'Assemblée, les Insoumis mettent à l'affiche leurs propositions
    Statut : refusé
    Il y a 13 heures
    Que de haines contre la France Insoumise! Du moins de la part des tenants du libéralisme, de la mondialisation sans contrainte, des serviteurs du patronat, et des soutiens à une politique de casse du tissu social, et industrieux, de la Nation! Les cellules de réponses formatées sont à la manœuvre. Les propositions de ce mouvement, et de la vraie gauche, sont de bon sens, et ont le soutien d'une large part de l'opinion. Mais le réflexe de caste fait que tous les amendements sont rejetés. Il faut laminer l'opposition, comme le pouvoir a voulu détruire les syndicats! Ce n'est plus la démocratie, c'est le mépris pour une partie non neutre de la représentation nationale, et pour ceux , majoritaires, de fait, qui n'ont pas voté Macron, ou qui ont voté contre la châtelaine Le Pen.
    68- fois censuré-repassé

    La modération militante ORANGE continue ses censures quasi systématiques dès qu'il est question, même de manière factuelle et prouvée, de la nouvelle religion Macron, du libéralisme, des patrons, du fn et des identitaires! Comme vous pouvez le constater mes propos rejetés sont repassés de nombreuses fois et toujours non publiés. Ils seront repassés autant de fois que nécessaire. "Liberté j'écris ton nom" disait le poète...Mais à priori, chez Orange, ex France Télécom, se droit est plus que théorique.