Showroomprivé balayé par la vague Steinhoff en bourse

Showroomprivé balayé par la vague Steinhoff en bourse©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 06 décembre 2017 à 11h45

Il ne fait pas bon avoir des relations avec Steinhoff ce matin. Le propriétaire sud-africain de l'enseigne Conforama est en pleine débâcle boursière à Johannesburg, sur un plongeon voisin de 60%. Hier soir, le conseil de surveillance a révélé que des irrégularités comptables sont soupçonnées. Le CEO, Markus Jooste, a présenté sa démission, aussitôt acceptée. Les résultats 2017 n'ont pas pu être publiés en temps et en heure, notamment à cause d'une enquête en cours en Allemagne, le port d'attache européen de la société. Les ajustements pourraient aussi porter sur des exercices antérieurs, a prévenu le conseil, qui tient à réassurer les actionnaires que Steinhoff a un grand nombre d'activités rentables de grande qualité dans le monde.

Au capital de Showroomprivé

Pour l'instant, c'est raté, et le scandale fait des victimes collatérales en bourse. Showroomprivé par exemple. L'action du holding s'effondre de près de 9% sous les 9 euros, car Conforama est entré à hauteur de 17% du capital en juillet dernier, pour développer une complémentarité : une visibilité internet pour l'enseigne de magasins, des points de livraisons physiques pour le site marchand. "Gagnant-gagnant", clamaient-ils à l'époque. Si le volet opérationnel doit encore faire ses preuves, l'opération financière est loin d'être gagnante pour Conforama, qui a payé ses actions SRP 27 euros, trois fois plus cher que le cours actuel. Entretemps, un avertissement a laminé le titre en bourse. Les dégagements sur l'action SRP ce matin sont préventifs, car rien ne relie directement Steinhoff au web-marchand. La strate intermédiaire, Conforama, n'a pas non plus été citée autrement que comme étant une filiale du sud-africain.

Un accord mondial avec Casino

Steinhoff est en relations d'affaires avec une autre société cotée française, Casino, dont le titre ne réagit pas vraiment en séance (-0,9% à 52,10 euros). En 2016, les deux groupes avaient créé Mano, une centrale d'achat commune en France, puis Sica, l'extension de cette collaboration à l'international. Mano et Sica sont des centrales d'achat de produits "blanc, brun, gris" (produits électroménagers et électrodomestiques).

 
0 commentaire - Showroomprivé balayé par la vague Steinhoff en bourse
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]