Société Générale, le retour en grâce après les résultats

Société Générale, le retour en grâce après les résultats©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 08 février 2018 à 09h10

Difficile de s'y retrouver dans les résultats 2017 de la Société Générale, tant les exceptionnels sont nombreux. Mais la banque a publié des revenus plus élevés que prévu au dernier trimestre, qui permettent d'éviter au résultat net publié de passer dans le rouge malgré les multiples charges de fin d'année. Le dividende de 2,20 euros est conforme aux attentes. Les résultats sont bien accueillis, avec un titre qui s'adjuge 4,5 % dans les premiers échanges, à 47,275 euros. Le bureau d'études Jefferies et conforté dans sa recommandation à l'achat ce matin, avec un objectif de cours confirmé à 59,20 euros. L'analyste en charge du dossier estime que les chiffres publiés ce matin constituent une base très solide pour le projet de relance du management. Parmi les bonnes nouvelles, il cite les bonnes performances de la plupart des divisions, ainsi que des coûts sous contrôle et le retour à la normale dans les dérivés.

Globalement, les spécialistes espèrent qu'il s'agit du retour en grâce de la banque, qui a beaucoup déçu par le passé.

Le consensus est assez nettement dépassé

La banque a réalisé un produit net bancaire de 6,228 milliards d'euros au quatrième trimestre 2017 (+0,8%), pour un résultat brut d'exploitation de 975 ME et un résultat net en vive baisse de 69 ME. Le consensus compilé par la société elle-même ressortait à 5,879 MdsE de PNB et -237 ME de résultat net. La banque avait prévenu début janvier que la réforme fiscale américaine allait entraîner une charge de 307 millions de dollars (environ 256 ME) dans ses comptes du 4ème trimestre, pour intégrer le changement de valeur des impôts différés actifs. En outre, 200 ME de charges additionnelles avaient été annoncées concernant un litige fiscal en France et les conséquences d'une décision de justice sur la dématérialisation du traitement des chèques. A ces deux éléments s'ajoutent les provisions pour litiges accrues et les frais de restructuration de la banque de détail en France. Sans cette ribambelle de charges, le bénéfice net aurait atteint 877 ME.

Un bénéfice 2017 en hausse... hors exceptionnels

Sur l'ensemble de l'exercice, le bénéfice net part du groupe baisse à 2,806 MdsE contre 3,87 MdsE un an avant. Hors exceptionnels, le bénéfice net serait de 4,49 MdsE contre 4,415 MdsE en 2016 (+8,4%). Le ROE sous-jacent progresse en un an de 7,9 à 8,3%, tandis que le ROTE passe de 9,3 à 9,6%. La charge nette du risque a poursuivi sa décrue, pour s'établir à -269 ME au 4ème trimestre contre -336 ME un an avant. Sur la totalité de 2017, le risque pèse -949 ME contre -1,74 MdE précédemment, hors provision pour litige qui atteint fin 2017 un total de 2,32 MdsE, après avoir été abondée de 200 ME additionnels. Le ratio CET1 non phasé a légèrement baissé de 11,5 à 11,4% entre fin 2016 et fin 2017. Le conseil d'administration va proposer un dividende de 2,20 euros par action, en ligne avec les attentes.

Le directeur général Frédéric Oudéa est confiant pour 2018, dans un environnement économique et financier qui s'annonce progressivement plus favorable. Priorité est évidemment donnée à la bonne exécution du plan stratégique qui entre dans sa première année.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.