Sodexo coule à pic après son avertissement

Sodexo coule à pic après son avertissement©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 29 mars 2018 à 09h34

Les financiers savent que lorsqu'une société publie des données financières deux semaines avant la date prévue, ce n'est jamais bon signe. Sodexo a connu un premier semestre fiscal difficile (il couvre la période septembre à février), synonyme d'objectifs annuels inatteignables. Sur l'exercice clos le 31 août prochain, la croissance organique se limitera à 1% voire 1,5% dans le meilleur des cas, tandis que la marge d'exploitation n'atteindra que 5,7%. Jusque-là, le curseur était placé à 2 à 4% de croissance organique et une marge d'exploitation stable à 6,5%. Il fallait s'y attendre, le titre décroche très lourdement, de plus de 15% à 81,82 euros dans les premiers échanges parisiens, après avoir eu, sans surprise, quelques difficultés à coter devant l'afflux d'ordres vendeurs. Pour Jefferies, le raté est avant tout sur les marges plus que sur le chiffre d'affaires. L'analyste note cependant que cette révision intervient juste après l'arrivée du nouveau directeur général. Il a aussi pris acte d'une récente interview de la présidente Sophie Bellon dans 'Les Échos', exprimant son souhait de voir l'entreprise accélérer sa croissance, ce que le spécialiste juge "compréhensible car Sodexo a manqué à plusieurs reprises ses objectifs au cours des deux dernières années, et continue à perdre des parts de marché, particulièrement en Amérique du Nord". La journée investisseurs prévue le 6 septembre prochain devrait permettre d'y voir plus clair. Jefferies a d'ailleurs noté que Sodexo a conservé l'usage de la marque CentrePlate, acquise en 2017, contrairement à ses habitudes. Est-ce le signe que la stratégie monomarque va évoluer ?

Table rase

L'arrivée de Denis Machuel au poste de directeur général, à la place de Michel Landel, est donc accompagnée par un gros avertissement sur les résultats. Sodexo fournit aussi ce matin le détail des chiffres de son premier semestre, en avance sur la date initiale du 12 avril : 10,29 milliards d'euros de chiffre d'affaires, en hausse de 1,7%, et 627 ME de résultat d'exploitation, soit 6,1% de marge. Le bénéfice net part du groupe est en progression à 372 ME et les liquidités générées par les opérations ont quadruplé pour atteindre 125 ME. Mais cela ne suffira pas à dérider les investisseurs. La performance du second trimestre est inférieure à nos attentes, reconnaît Machuel, qui annonce en parallèle des mesures correctives pour certains domaines précis de sous-performance.

L'Amérique du Nord pèse toujours

La mauvaise performance du second trimestre est alimentée par un marché nord-américain toujours déprimé dans la division Education et Santé, avec une performance inférieure à celle d'un premier trimestre déjà peu reluisant dans la région. Les économies en développement restent dynamiques mais l'Europe affiche un visage plus contrasté. La marge a été affectée par la situation en Amérique du Nord, où les mesures d'efficacité n'ont pas encore porté leurs fruits. Dans d'autres régions, certains gros contrats n'ont pas encore atteint les niveaux de rentabilité programmés, explique Sodexo. Au cours du second semestre fiscal, les revenus devraient continuer à se contracter en Amérique du Nord. Les premières mesures prises par la direction portent sur une amélioration de la productivité des contrats peu performants, au niveau des coûts et de la gestion du travail. Plus généralement, la culture de la performance au sein du groupe va être renforcée, tandis qu'une revue approfondie de la structure des coûts est en cours.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.