Sodexo recule, la guidance jugée décevante

Sodexo recule, la guidance jugée décevante©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 01 avril 2021 à 09h29

Fortement touché par la pandémie de coronavirus, Sodexo dévoile des résultats semestriels en net retrait mais toujours positifs. Sur les six mois clos fin février, le spécialiste de la restauration collective enregistre un résultat net ajusté de 128 millions d'euros contre 424 ME un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires de 8,6 milliards d'euros, en baisse de 26,5% (-21,7% en organique). La marge d'exploitation s'établit à 3,1%, en retrait de 280 pb, mais est supérieure aux prévisions et à la marge négative de -1,9% publiée au second semestre 2019-2020.

Fortement touché par la pandémie de coronavirus, Sodexo dévoile des résultats semestriels en net retrait mais toujours positifs. Sur les six mois clos fin février, le spécialiste de la restauration collective enregistre un résultat net ajusté de 128 millions d'euros contre 424 ME un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires de 8,6 milliards d'euros, en baisse de 26,5% (-21,7% en organique). La marge d'exploitation s'établit à 3,1%, en retrait de 280 pb, mais est supérieure aux prévisions et à la marge négative de -1,9% publiée au second semestre 2019-2020.

"Cette amélioration significative de la performance est le résultat des nombreuses renégociations de contrats depuis mars 2020, du prolongement des programmes de soutien à l'emploi dans certains pays, des premiers résultats du programme de restructuration GET et d'une maitrise très stricte des coûts", souligne le groupe. Les liquidités générées par les opérations atteignent 237 millions d'euros et sont nettement meilleures que prévu.

Denis Machuel, Directeur Général de Sodexo, a déclaré : "nos initiatives pour renégocier les contrats avec nos clients, maîtriser strictement nos coûts et mettre en oeuvre le programme de restructuration GET portent leurs fruits et se traduisent par une marge d'exploitation à 3,1%, supérieure aux attentes. Au 2nd semestre, le taux de croissance interne sera très positif. Cependant, compte tenu des nouvelles vagues de la pandémie, nous n'attendons pas d'augmentation significative du volume de chiffre d'affaires d'un semestre à l'autre. Nous redoublons d'efforts pour renforcer notre efficacité opérationnelle de manière à compenser la saisonnalité traditionnelle de notre marge d'exploitation entre le 1er et le 2nd semestre".

La situation reste volatile à court terme

Bien que très confiant quant à un retour rapide à la normale une fois les campagnes de vaccination largement déployées, la situation reste volatile à court terme, particulièrement en Europe avec de nouvelles vagues de la pandémie. Par conséquent, le management n'attend pas d'amélioration trimestrielle majeure d'ici la fin de l'exercice en août. Le Groupe continuera de renégocier ses contrats afin de garantir le meilleur niveau de rentabilité possible, de mettre en oeuvre ses mesures de restructuration et de recourir aux aides gouvernementales disponibles.

Hausse de 10 à 15% de la croissance interne au deuxième semestre

Dans ce contexte, la croissance interne du 2nd semestre de l'exercice 2020-2021 est attendue entre +10 et +15%. Après les solides performances du 1er semestre, la maîtrise des coûts et le programme de restructuration devraient compenser la saisonnalité traditionnelle des marges entre le 1e et le 2nd semestre. Ainsi, la marge d'exploitation pour le second semestre de l'exercice 2020-2021 est attendue à environ 3,1%, à taux constants. La direction vise également un niveau de cash conversion pour l'exercice supérieur à 100%.

À plus long terme, en estimant que la pandémie sera terminée avant la fin de l'année calendaire 2021, le Groupe vise à retrouver une croissance soutenue et à augmenter rapidement la marge d'exploitation par rapport au niveau pré-Covid.

La guidance déçoit le marché

L'action recule de 1,2% à 80,8 euros après cette publication en demi-teinte. Bryan Garnier souligne par exemple l'amélioration substantielle du premier semestre mais met aussi en avant des prévisions pour l'ensemble de l'exercice un peu décevantes. La croissance interne de 10 à 15% sur le second semestre est notamment inférieure aux attentes du marché. Même son de cloche chez Bernstein qui parle de résultats "solides" au premier semestre, avec une marge et un flux de trésorerie disponible supérieurs aux attentes, mais de perspectives "faibles" pour le deuxième semestre. L'annonce d'un nouveau confinement national en France pèse également sans doute sur la valeur ce matin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.