Statu quo de la Banque d'Angleterre, les perspectives restent 'exceptionnellement incertaines'

Statu quo de la Banque d'Angleterre, les perspectives restent 'exceptionnellement incertaines'©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 06 août 2020 à 08h28

Statu quo pour la Banque d'Angleterre. A l'unanimité, le Comité de politique monétaire de la BoE a décidé de maintenir le taux directeur au plancher, à 0,1%, ainsi que le montant du programme de rachat d'actifs à 745 milliards de livres sterling. "Les perspectives pour les économies britannique et mondiale restent exceptionnellement incertaines. Elles dépendront essentiellement de l'évolution de la pandémie, des mesures prises pour protéger la santé publique et de la manière dont les gouvernements, les ménages et les entreprises réagiront à ces facteurs. Les projections du CPM supposent que l'impact direct de Covid-19 sur l'économie se dissipe progressivement au cours de la période de prévision. Compte tenu des incertitudes inhérentes à l'évolution de la pandémie, les projections à moyen terme du CPM constituent un guide moins informatif que d'habitude", détaille la BoE.

Cette dernière estime toutefois que le PIB ne devrait pas dépasser son niveau du quatrième trimestre de 2019 avant la fin de 2021, en partie à cause de la faiblesse persistante de la capacité d'offre. Concernant l'évolution des prix, le Comité anticipe une inflation moyenne autour de 0,5% sur la dernière partie de l'année, et estime que l'IPC devrait se situer autour de 2%, le niveau ciblé par la BoE, dans deux ans.

Au niveau de l'activité outre-Manche, la Banque explique que "le PIB du Royaume-Uni devrait être plus de 20% inférieur au deuxième trimestre 2020 par rapport au quatrième trimestre de 2019. Mais les indicateurs de plus haute fréquence indiquent que les dépenses se sont nettement redressées depuis le creux de l'activité en avril. Les données sur les paiements suggèrent que la consommation des ménages en juillet était inférieure de moins de 10% à son niveau du début de l'année. L'activité du marché du logement semble être revenue à des niveaux proches de la normale, malgré des signes de resserrement de l'offre de crédit pour certains ménages. Les données disponibles sur les dépenses des entreprises sont moins nombreuses, mais les enquêtes suggèrent que l'investissement des entreprises a probablement chuté de façon marquée au deuxième trimestre et que les intentions d'investissement restent très faibles".

"L'emploi semble avoir diminué depuis l'épidémie de Covid-19, bien que cette baisse ait été très sensiblement atténuée par l'utilisation massive de l'aide provenant de programmes gouvernementaux temporaires. Les enquêtes indiquent que de nombreux travailleurs sont déjà retournés au travail après une période de congé, mais une grande incertitude subsiste quant aux perspectives d'emploi après la fin de ces programmes de soutien. À court terme, le taux de chômage devrait augmenter sensiblement, pour atteindre environ 7,5% d'ici la fin de l'année, ce qui correspond à un degré important de capacité inutilisée".

Au final, le CPM continuera à examiner l'éventail des mesures qui pourraient être prises pour atteindre ses objectifs. Le Comité n'a pas l'intention de resserrer la politique monétaire tant qu'il n'y aura pas de preuve évidente que des progrès significatifs sont réalisés pour éliminer les capacités inutilisées et atteindre durablement l'objectif d'inflation de 2%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.