Steinhoff joue sa survie à Londres aujourd'hui

Steinhoff joue sa survie à Londres aujourd'hui©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 19 décembre 2017 à 06h38

C'est un épisode clef du feuilleton Steinhoff qui sera tourné à Londres aujourd'hui. Le groupe sud-africain, en difficultés après la découverte de malversations comptables, doit y rencontrer ses banquiers pour tenter de regagner leur confiance et obtenir le délai nécessaire pour se remettre d'aplomb. Et il va falloir s'employer pour parvenir à convaincre des Bank of America, des BNP Paribas et des HSBC échaudés par la rapidité de la dégringolade de "l'empire Steinhoff", que certains comparent déjà à Enron, le géant texan qui avait fait faillite en 2001 après avoir longtemps masqué ses pertes par des artifices comptables et les compromissions d'Arthur Andersen. Mais avant de dresser un tel parallèle, il faudrait en savoir un peu plus sur la nature exacte des éléments comptables incriminés et sur leur ampleur. Jusqu'à présent, très peu d'éléments ont filtré, hormis le fait que les opérations concernées concernent les actifs européens et qu'elles portent au moins sur les exercices 2016 et 2017.

Steinhoff, qui possède plusieurs marques dans le monde, dont le français Conforama, a prévu de communiquer après la rencontre avec les banquiers. Les rumeurs qui ont circulé la semaine dernière laissaient penser que les financiers pourraient continuer à soutenir le groupe, qui va devoir cependant fournir des garanties voire se séparer de certains actifs. Il a commencé à le faire en vendant le 15 décembre 9,5% du capital de PSG Group, pour 293 millions d'euros. Des auditeurs sont à pied d'oeuvre, mandatés par la société, pour tenter de comprendre le système et d'en déterminer les conséquences. En parallèle, des enquêtes ont été lancées et des actionnaires s'organisent pour mettre en cause le groupe et son management.

Il faut dire qu'en bourse, l'action s'est effondrée. Et si elle s'est redressée de 8% à 0,58 euro à Francfort hier, son bilan depuis les premières révélations est terrible : -86% lors de la semaine boursière allant du 4 au 8 décembre, et un plus bas à 0,472 euro alors que le cours affiche une moyenne 2017 de 4,231 euros. Ce se traduit par une capitalisation passée de 14,6 milliards d'euros fin novembre à 2,45 milliards d'euros ce matin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.