Stellantis envisagerait une "gigafactory" de batteries en Italie

Stellantis envisagerait une "gigafactory" de batteries en Italie©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 01 juin 2021 à 20h40

Stellantis pourrait choisir l'Italie pour construire sa troisième gigafactory de batteries en Europe afin de soutenir la stratégie d'électrification du constructeur né de la fusion entre PSA et FCA, selon une source proche du dossier citée mardi soir par l'agence 'Reuters'.

Stellantis pourrait choisir l'Italie pour construire sa troisième gigafactory de batteries en Europe afin de soutenir la stratégie d'électrification du constructeur né de la fusion entre PSA et FCA, selon une source proche du dossier citée mardi soir par l'agence 'Reuters'.

Le quatrième groupe automobile mondial avait indiqué en avril qu'il déciderait dans le courant de l'année d'ajouter ou non à son dispositif des usines de batteries électriques en Europe et aux Etats-Unis. Le constructeur franco-italo-américain a déjà lancé deux projets de gigafactory en France et en Allemagne via une coentreprise avec Saft, filiale de TotalEnergies, et veille avec soin à l'équilibre entre ses quatre pays fondateurs, la France (de l'ex-PSA), l'Allemagne (de l'ex-Opel), l'Italie (berceau de Fiat) et les Etats-Unis (de l'ex-FCA).

"Comme Stellantis produit de nombreux véhicules en Italie, il y aurait un intérêt partagé à discuter des conditions d'une gigafactory en Italie", a dit la source, ajoutant que les discussions avec les autorités italiennes ne sont qu'au stade "d'un échange sur le principe d'une gigafactory pour couvrir les besoins futurs du groupe" et que rien n'est encore décidé. "Les conditions sont à étudier avec les autorités italiennes", a poursuivi la source. Stellantis à Milan a refusé de faire un commentaire sur ces informations.

Réunion entre Tavares, Elkann et le ministre italien de l'Industrie

Selon cette source, Carlos Tavares, directeur général de Stellantis, et John Elkann, président du groupe, ont tenu la semaine dernière une réunion virtuelle avec le ministre italien de l'Industrie Giancarlo Giorgetti. "Lors de la rencontre de la semaine passée, un échange a eu lieu sur le principe de couverture de nos besoins en batterie", a ajouté la source.

Dans le cadre de son plan de relance de 205 milliards d'euros, l'Italie prévoit de consacrer près de 24 milliards à la transition vers des technologies de mobilité moins émettrices de CO2 et de polluants et plus durables. Un milliard d'euros doit aller à l'amélioration des industries italiennes de batteries et de production d'électricité éolienne et solaire.

Une source gouvernementale a confirmé à 'Reuters' que le ministre et Stellantis s'étaient entretenus la semaine dernière, évoquant la possibilité d'une contribution de Rome, via les fonds du plan de relance, à la production de batteries pour la mobilité électrique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.