STMicroelectronics rebondit après ses trimestriels haut-de-gamme

STMicroelectronics rebondit après ses trimestriels haut-de-gamme
Le logo de STMicroelectronics sur le site de Plan-les-Ouates.

Boursier.com, publié le jeudi 25 janvier 2018 à 09h10

STMicroelectronics a publié de très bons résultats au titre du quatrième trimestre 2017. Les prévisions pour le premier trimestre 2018 sont en revanche plus timides, même si la base de comparaison séquentielle est élevée. Les investisseurs risquent de surveiller le poids du change, avec la flambée de l'euro. En parallèle, la succession de Carlo Bozotti a été scellée, avec l'arrivée aux commandes, comme prévu, de son directeur délégué Jean-Marc Chéry. La séance démarre sur une hausse voisine de 3% pour le titre, qui ne gomme cependant pas le plongeon de 6,3% enregistré la veille à cause des perspectives décevantes de Texas Instruments. L'action remonte cependant à 19,30 euros. JP Morgan a réitéré ce matin sa recommandation "surpondérer" et son objectif de cours de 23 euros sur le dossier.

Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 2,46 milliards de dollars, une marge brute de 40,6%, un résultat d'exploitation de 408 M$ (16,5% de marge) et un bénéfice net de 308 M$, soit 0,34$ par action. Le consensus était positionné à 2,342 Mds$ de chiffre d'affaires, 39,8% de marge brute (i.e. 932,1 M$) et 15,2% de marge opérationnelle ajustée (i.e. 356,8 M$). Le bénéfice net ajusté par action était anticipé à 0,34$, soit 303,8 M$ au global. Les résultats dépassent le point médian d'objectifs fixés par ST au niveau de la marge brute comme des revenus. La trésorerie nette générée par les opérations d'exploitation a atteint 587 M$ au 4ème trimestre et 1,71 Md$ sur l'année, contre respectivement 378 M$ et 1,04 Md$ un an avant.

30 ans et de nouveau mordant

Cette excellente année a été également marquée par le 30ème anniversaire de la création de ST, souligne le CEO Carlo Bozotti, qui se montre confiant pour l'avenir. Sur le quatrième trimestre 2017, ST a profité de la dynamique des produits "Imaging" et des microcontrôleurs. La croissance séquentielle de la branche Imaging, qui fait partie de la division AMS (Produits analogiques, MEMS et Capteurs), était à trois chiffres, souligne l'industriel. La division ADG (Produits automobiles et Discrets) est en hausse de 5,9% et MDG (Microcontrôleurs et Circuits intégrés numériques) a augmenté de 5,6%. Côté bilan, la situation financière nette ressortait à 489 M$ (2,19 Mds$ de ressources face à 1,70 Md$ de dette financière).

Un recul plus marqué au 1er trimestre

Mais après la déception sur les perspectives de Texas Instruments cette semaine, ce sont surtout les perspectives qui intéressent le marché. Bozotti continue à entrevoir une demande solide pour tous les groupes produits. La saisonnalité du premier trimestre s'annonce supérieure à la moyenne pour les applications de "Smart Driving" et l'Internet des objets. Elle restera défavorable pour celles liées aux smartphones. Mais ST table sur une baisse séquentielle de son chiffre d'affaires de 10% environ au premier trimestre (milieu d'une fourchette fixée à -13,5% / -6,5%), en partie à cause de la forte croissance, supérieure aux attentes, enregistrée au 4ème trimestre 2017. En glissement annuel, la croissance médiane sera d'environ 22%. La marge brute devrait redescendre autour de 39,5% (milieu d'une fourchette 37,5 à 41,5%). Les perspectives reposent sur une hypothèse de taux de change effectif d'environ 1,18 dollar pour 1 euro pour le premier trimestre 2018, en intégrant l'impact de la couverture de change. Un niveau qui reste inférieur à la moyenne euro / dollar depuis le début de l'année, plus proche de 1,214.

Chéry après Bozotti

Le groupe a par ailleurs annoncé que Carlo Ferro, son directeur financier, quittera ses fonctions en même temps que Carlo Bozotti, président et CEO, qui partira à la retraite à l'issue de la prochaine assemblée générale annuelle des actionnaires. Caro Ferro restera président de la filiale italienne de ST jusqu'à fin 2018. Il a été chaudement remercié par son patron, lequel a été félicité par son conseil de surveillance pour les 41 ans passés au sein de l'entreprise, notamment pour sa contribution au redressement ces dernières années. Le conseil proposera la nomination de Jean-Marc Chéry comme membre unique du directoire à la prochaine assemblée. Il deviendra aussi président et CEO comme son prédécesseur. Chéry a d'ores et déjà proposé la constitution d'un comité exécutif de huit membres.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.