Tarkett bondit malgré l'impact du Covid-19 sur les comptes

Tarkett bondit malgré l'impact du Covid-19 sur les comptes©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 29 avril 2020 à 12h07

Guère épargné en Bourse, Tarkett remonte de 5,4% à 9 euros à la mi-journée. Le spécialiste des revêtements de sols a maintenu sa marge d'EBITDA ajusté à 6,9% au premier trimestre malgré des revenus en repli de 2,2% à 610,7 ME. Au vu du renforcement des mesures de confinement et de leur déploiement dans la plupart des pays et des régions, Tarkett s'attend à un repli significatif des ventes au second trimestre avec un plongeon d'environ 40% sur le mois d'avril.

Le management, qui n'est plus en mesure de confirmer son objectif de levier d'endettement net sur EBitda ajusté compris entre 1,6 fois et 2,6 fois à la fin de l'année, comme annoncé le 8 avril, a indiqué disposer d'une trésorerie de 217 millions d'euros et des lignes de crédit non tirées disponibles de plus de 500 ME.

Compte tenu des circonstances exceptionnelles, le groupe a renforcé son plan d'actions et estime que les réductions de coûts seront bien supérieures à l'objectif annuel de 30 millions d'euros par an. La baisse du prix des matières premières et les actions sur les coûts permettront de compenser en partie la baisse de l'activité et le coût des arrêts de production.

La direction a par ailleurs initié des discussions avec ses banques pour mettre en place de nouvelles lignes de crédit, dont le prêt d'état garanti par le gouvernement français. Ces discussions visent également la révision pour 2020 des conditions de la clause restrictive financière "covenant" (levier de 3,5x à fin juin et de 3,0x à fin décembre).

Sur la base de ses nouvelles estimations et des multiples historiques, Bryan Garnier a réduit sa 'fair value' de 10 à 8 euros mais refuse toujours de devenir négatif sur la valeur alors qu'il pense que le groupe continuera à réduire ses coûts et à bénéficier d'une inflation plus faible des matières premières (cela suggère que les nouvelles estimations du courtier ne devraient pas être revues à la baisse). La firme a choisi d'être transparente au début de la crise (communication claire sur les covenants, le dividende, etc.) et l'analyste considère que cela se reflète dans le cours de l'action. Enfin, BG continue à soupçonner que la famille pourrait être tentée de saisir l'opportunité d'acquérir des actions à bas prix et de retirer Tarkett de la cote.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.