Taux : la Fed surprend par son nouveau ton de "colombe" !

Taux : la Fed surprend par son nouveau ton de "colombe" !©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 30 janvier 2019 à 22h59

Le comité de politique monétaire de la Fed a laissé mercredi ses taux directeurs inchangés (entre 2,25% et 2,5%), une décision qui était très largement attendue.

Mais la surprise est venue de son communiqué et de son président, Jerome Powell, qui se sont montrés bien plus "colombes" que prévu. La Fed a ainsi affirmé qu'elle sera "patiente" en matière de politique monétaire, et a retiré de son vocabulaire toute mention à de nouvelles hausses de taux. Wall Street a apprécié, les indices Dow Jones (1,77%) et Nasdaq Composite (+2,2%) terminant en forte hausse mercredi soir. Le dollar a de son côté reculé d'environ 0,4%, de même que les taux des obligations d'Etat américaines.

La Fed a ainsi abandonné la phrase sur les "hausse graduelles" de taux, qui figurait dans ses précédents communiqués. A l'issue de la réunion des 17 et 18 décembre (où elle avait relevé ses taux d'un quart de point), elle écrivait encore que "de nouvelles hausses graduelles" du taux des "fed funds" étaient "compatibles avec l'expansion continue de l'activité économique aux Etats-Unis"...

L'absence, cette fois, de référence à la moindre hausse, a laissé penser aux investisseurs que la Fed se réserve même la possibilité d'abaisser ses taux directeurs, si la situation économique se dégradait nettement cette année... Jerome Powell a estimé, pendant sa conférence de presse, que les taux directeurs étaient désormais "à un niveau approprié par rapport à l'état de l'économie" américaine.

"Attendre patiemment d'y voir plus clair"

La Fed n'a pas pour autant émis mercredi de diagnostic pessimiste pour la croissance américaine. "Le marché de l'emploi a continué de se renforcer et l'activité économique a progressé à un rythme solide", a relevé la banque centrale. L'inflation "reste proche" de l'objectif de 2% de la Fed, tandis que les dépenses des ménages ont "continué de croître fortement"...

Le seul bémol est signalé du côté des investissements des entreprises, dont la croissance "a ralenti par rapport à son rythme rapide du début de l'année dernière", signale la banque centrale américaine. Lors de sa conférence de presse, Jerome Powell a précisé que si l'économie américaine se portait bien, la Fed surveillait le ralentissement de la croissance en Chine et en Europe, ainsi que le Brexit, les négociations commerciales et les effets du "shutdown".

Jerome Powell a estimé que les arguments en vue de nouvelles hausses de taux "ont diminué" en raison d'une inflation raisonnable et d'une croissance un peu plus faible. "Dans un tel contexte, le bon sens dans la maîtrise du risque suggère d'attendre patiemment d'y voir plus clair". Cette approche a été utile au membres de la Fed par le passé, a-t-il ajouté.

Il a précisé que le "shutdown", qui a privé le Fed d'un certain nombre de rapports, a rendu plus plus difficile la tâche de la Fed pour évaluer l'état de santé de l'économie.

Le rythme de la réduction du bilan pourrait être "ajusté"

La Fed a lancé un autre signal accommodant, mercredi soir, en publiant un second communiqué consacré à la réduction de son bilan, qui se déroule au rythme de 50 milliards de dollars par mois, constituant un autre facteur de resserrement monétaire.

Or, la Fed a indiqué mercredi qu'elle était "prête à ajuster le montant de la réduction du bilan", laissant entendre qu'elle pourrait même envisager de cesser complètement ces ajustements en cas de dégradation de la conjoncture.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.