Taux : le 10 ans américain pourrait largement dépasser 2% d'ici 3 mois selon un spécialiste

Taux : le 10 ans américain pourrait largement dépasser 2% d'ici 3 mois selon un spécialiste
bourse

Boursier.com, publié le mercredi 10 mars 2021 à 14h43

Très attendus, les chiffres de l'inflation de février aux Etats-Unis n'ont pas réservé de mauvaise surprise avec une hausse de 0,4% sur un mois. Malgré tout, certains spécialistes voient la remontée des taux obligataires se poursuivre outre-Atlantique à l'image d'Antoine Bouvet, stratégiste principal des taux chez ING, qui mise sur un rendement du bon du Trésor américain à 10 ans à 2% d'ici la fin de l'année et peut-être "bien au-dessus" de ce niveau au deuxième trimestre.

Très attendus, les chiffres de l'inflation de février aux Etats-Unis n'ont pas réservé de mauvaise surprise avec une hausse de 0,4% sur un mois. Malgré tout, certains spécialistes voient la remontée des taux obligataires se poursuivre outre-Atlantique à l'image d'Antoine Bouvet, stratégiste principal des taux chez ING, qui mise sur un rendement du bon du Trésor américain à 10 ans à 2% d'ici la fin de l'année et peut-être "bien au-dessus" de ce niveau au deuxième trimestre.

Dans un entretien accordé à 'CNBC', M.Bouvet explique que la réouverture envisagée de l'économie au deuxième trimestre, lorsque la grande majorité de la population américaine devrait être vaccinée contre le coronavirus, se traduira par de fortes ventes au détail grâce au plan de relance du gouvernement local. Tous ces facteurs "contribueront et conspireront à l'optimisme du marché, et ensuite, à cette flambée des obligations du Trésor américain". Le taux du T-Note US à 10 ans a atteint la semaine passée un sommet de 13 mois à 1,6%.

Si l'expert anticipe une forte hausse des prix à la consommation d'ici la fin du deuxième trimestre, "potentiellement un pic autour de 3,5% ou plus", il pense qu'une grande partie de cette augmentation sera temporaire. Il estime toutefois qu'il sera alors intéressant de voir comment la Réserve fédérale américaine réagira : "c'est bien beau de dire maintenant qu'elle ne touchera pas aux taux pendant un certain temps, qu'il n'est pas question de les réduire... Lorsque l'inflation atteindra 3,5% et ne montrera que de modestes signes de baisse, cette position sera beaucoup plus difficile à défendre". ING s'attend à ce que l'inflation moyenne atteigne 2,9% cette année et reste à ce niveau en 2022.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.