Taux: nouvel accès de fièvre sur les taux souverains

Taux: nouvel accès de fièvre sur les taux souverains

bourse

Boursier.com, publié le lundi 29 janvier 2018 à 19h59

A trois jours d'une décision de politique monétaire de la Fed, les taux d'intérêts des emprunts d'Etat ont bondi lundi aux Etats-Unis, mais aussi en Europe, où les marchés anticipent le début d'une normalisation de la politique monétaire de la BCE avant la fin de l'année. Dans un contexte de révision en hausse des perspectives de croissance économique, les investisseurs sont de plus en plus nombreux, depuis le début 2018, à anticiper un environnement de taux moins accommodant des deux côtés de l'Atlantique. Une telle situation fait craindre un marché baissier pour les cours des obligations, qui évoluent mécaniquement en sens inverse des taux d'intérêts.

Lundi, le rendement du bon du Trésor américain (T-Bond) à 10 ans a grimpé de 5 points de base (centièmes de point) pour atteindre 2,72%, son plus haut niveau depuis près de 4 ans, en avril 2014. Les taux américains se sont fortement tendus depuis le début de l'année, ayant achevé 2017 sur le niveau de 2,40%. Les experts voient désormais les 3% en ligne de mire pour le taux à 10 ans américain...

En Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans a bondi lundi de 7 pdb à 0,69%, tandis que le rendement du Bund à 5 ans est repassé, de façon symbolique, au-dessus de zéro en séance pour la première fois depuis 2015. Le taux de l'OAT française à 10 ans a de son côté a augmenté lundi de 6 pdb à 0,96%, et le taux néerlandais à 10 ans a bondi de 7 pdb à 0,73%.

La fin du "QE" de la BCE anticipée pour septembre 2018

Pendant le week-end, deux responsables de la BCE ont fait des déclarations laissant entendre que l'institution préparait sa sortie du "QE" (programme de rachat d'actifs), même si elle n'a pas modifié son discours officiel la semaine dernière à l'issue d'une réunion de politique monétaire. Le président de la BCE s'est en revanche inquiété des effets de la récente hausse de l'euro sur l'inflation et les exportations de la zone euro.

Dimanche, le président de la banque centrale néerlandaise, Klaas Knot, a clairement appelé la BCE à mettre fin aux rachat d'actifs en septembre. "Il n'y a absolument aucune raison de continuer ce programme. Je crois que nous devons être très clairs à ce sujet", a-t-il déclaré lors d'une émission télévisée. Mettre un terme aux rachats d'actifs ouvrira la porte à une possible hausse des taux en 2019, a-t-il ajouté.
Pour l'instant, la BCE (qui a réduit de 60 à 30 MdsE par mois ses achats depuis ce mois de janvier) a prévu de poursuivre son programme jusqu'en septembre, ou au-delà si nécessaire.

De son côté, le Français Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, l'un des principaux artisans du "QE", laisse lui aussi désormais entendre que la fin des mesures d'exception approche. "Nous sommes à un point où nous voyons les salaires se redresser de façon encourageante et où l'inflation sous-jacente commence petit à petit à remonter dans la zone euro", a-t-il notamment déclaré vendredi depuis le forum économique de Davos.

Vers un ton plus "faucon" de la BCE et de la Fed ?

Les taux d'intérêts européens ont aussi profité lundi du relèvement par le gouvernement allemand de sa prévision de croissance économique en 2018. La hausse du PIB est désormais attendue à 2,4% au lieu de 1,9% précédemment. Dans une note publiée lundi, la banque britannique Barclays estime que la BCE modifiera sa "forward guidance" en avril, mettra fin à son programme de rachats d'actifs en septembre, et procédera à une première hausse du taux de dépôt (actuellement négatif à -0,4%) en décembre.

Aux Etats-Unis, malgré l'annonce d'une croissance un peu moins vigoureuse que prévu au 4ème trimestre 2017 (+2,6% en rythme a annuel au lieu de 2,9% attendu), les économistes se montrent plutôt optimistes pour la premières économie mondiale en 2018, ce qui justifie des taux d'intérêts plus élevés.

Les stratégistes de la banque d'affaires américaines Goldman Sachs s'attendent même à ce que la Fed profite de sa dernière réunion, mardi et mercredi, sous l'égide de Janet Yellen --avant la prise de fonction de Jerome Powell--, pour adopter un ton plus haussier sur sa politique monétaire.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - Taux: nouvel accès de fièvre sur les taux souverains
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]