Taux : pas de panique au sein de la BCE

Taux : pas de panique au sein de la BCE©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 03 mars 2021 à 11h03

Pas de panique au sein de la BCE. Si la remontée des rendements obligataires a provoqué quelques remous dans les salles de marché, les responsables de la Banque centrale européenne ne semblent pas très inquiets, jugeant le risque pour l'économie gérable grâce à des interventions verbales et à la flexibilité des programmes d'achat d'obligations. Selon les sources de 'Bloomberg', aucune action drastique pour lutter contre ces tensions obligataires ne serait ainsi envisagée. Une mesure telle que l'expansion de la taille globale du PEPP (programme d'achats d'urgence face à la pandémie) de 1.850 milliards d'euros serait actuellement perçue comme inutile.

Pas de panique au sein de la BCE. Si la remontée des rendements obligataires a provoqué quelques remous dans les salles de marché, les responsables de la Banque centrale européenne ne semblent pas très inquiets, jugeant le risque pour l'économie gérable grâce à des interventions verbales et à la flexibilité des programmes d'achat d'obligations. Selon les sources de 'Bloomberg', aucune action drastique pour lutter contre ces tensions obligataires ne serait ainsi envisagée. Une mesure telle que l'expansion de la taille globale du PEPP (programme d'achats d'urgence face à la pandémie) de 1.850 milliards d'euros serait actuellement perçue comme inutile.

Cette information intervient après plusieurs déclarations de dirigeants de la BCE relatives à la hausse des rendements des obligations d'État observée ces dernières semaines. François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et membre du Conseil des gouverneurs, a par exemple déclaré lundi que la BCE "peut et doit réagir" à tout mouvement injustifié (ndlr : des taux) menaçant de saper la croissance économique : "dans la mesure où ce resserrement est injustifié, nous pouvons et devons réagir face à cela, en commençant par une flexibilité activité des achats du PEPP". Il a ajouté que la BCE restait prête en cas de besoin à utiliser tous les instruments à sa disposition, y compris en réduisant son taux de dépôt.

Le vice-président Luis de Guindos a de son côté soutenu mardi qu'il est essentiel de comprendre pourquoi les rendements obligataires ont augmenté, et a indiqué que les responsables "ont la flexibilité nécessaire pour réagir". "Nous devrons déterminer si cette hausse des taux nominaux aura un impact sur les conditions de financement", a déclaré le dirigeant au quotidien portugais 'Público'. "Si nous en arrivons à la conclusion que tel sera le cas, nous sommes totalement ouverts à un recalibrage de notre programme, y compris de l'enveloppe du Programme d'achats d'urgence face à la pandémie... Nous avons de la marge pour agir et nous avons des munitions".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.