Tensions dans le Golfe, baisse du dollar et Opep dopent les cours du pétrole

Tensions dans le Golfe, baisse du dollar et Opep dopent les cours du pétrole©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 20 juin 2019 à 09h45

Le pétrole poursuit sa remontée en ce début de journée avec un baril de Brent de la mer du Nord échéance août qui avance de 2,6% à 63,4 dollars à Londres et un 'light sweet crude' pour livraison juillet qui bondit de 2,9% à 55,5$ sur le Nymex. L'or noir bénéficie d'un contexte très porteur depuis hier soir mêlant baisse du dollar, tensions géopolitiques dans le Golfe, accalmie sur le front commercial sino-américain et recul plus fort qu'anticipé des réserves américaines la semaine passée.

Baisse marquée des stocks de brut aux USA

Après avoir atteint un plus haut de près de deux ans, les stocks de pétrole ont chuté de 3,1 millions de barils la semaine dernière aux Etats-Unis quand le consensus anticipait un repli de 1,1 million de barils.

"C'est un sac très mélangé de facteurs. Aux États-Unis, la demande devrait se redresser à l'approche de l'été et la réunion de l'OPEP semble indiquer qu'il y aura une prolongation ou même d'autres réductions possibles", affirme à Reuters, Phin Zeibell, économiste au sein de la National Australia Bank.

Accord entre l'Opep et ses alliés

Après des semaines de désaccord, les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole ont en effet convenu de se réunir le 1er juillet, suivi d'une réunion avec leurs alliés non membres du cartel le lendemain. L'OPEP+ discutera de l'opportunité de prolonger l'accord sur la réduction de 1,2 million de barils par jour de la production, qui expire ce mois-ci. Le ministre de l'énergie des Émirats arabes unis a déclaré au journal 'Al-Bayan' qu'une extension est " logique et raisonnable " et que l'élan en faveur d'un accord semblait se renforcer.

La Fed et le dollar soutiennent aussi les cours

L'huile est également soutenue par les dernières déclarations de Jerome Powell. Le changement de ton du patron de la Fed est notable et, pour de nombreux observateurs, il doit se matérialiser par une baisse de taux dès le mois de juillet... "De nouvelles mesures de relance de la part des plus grandes économies amélioreront grandement l'argument du côté de la demande. Un résultat positif entre les États-Unis et la Chine serait la cerise sur le gâteau", souligne Edward Moya, analyste de marché senior chez OANDA.

Ce biais en faveur d'une politique monétaire plus accommodante aux Etats-Unis pèse sur le dollar, qui cède 0,6% face à l'euro. Un autre soutien pour le pétrole. L'or noir étant libellé en dollar, toute baisse du billet vert rend le pétrole plus attractif pour les investisseurs munis d'autres devises.

Vives tensions dans le Golfe

Enfin, après les attaques de pétroliers de la semaine dernière en mer d'Oman, la tension reste vive dans le Golfe. L'Iran aurait abattu cette nuit un drone "espion" américain dans la province méridionale d'Hormozgan...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.