Theraclion : des résultats encourageants de l'essai contre le cancer du sein

Theraclion : des résultats encourageants de l'essai contre le cancer du sein
Des tubes à essai dans le laboratoire de l'Institut de recherche sur le cancer de Sutton

Boursier.com, publié le mercredi 24 janvier 2018 à 21h56

Theraclion fait savoir que le Dr Patrick M. Dillon, MD, Centre Médical UVA, Charlottesville, Etats-Unis, investigateur principal de l'essai combiné échothérapie/ immunothérapie présente ses données au Symposium clinique d'immuno-oncologie lors du congrès de l'ASCO (société américaine d'oncologie clinique) - STIC (Société pour l'immunothérapie du cancer), le 25 janvier à San Francisco, USA.

Le Poster scientifique présenté détaille la logique de l'étude thérapeutique combinée : les ultrasons focalisés constituent une thérapie d'ablation partielle qui induit la production des protéines de choc thermique (HSP), la libération de cytokines, des mécanismes cellulaires induisant l'activation des cellules T et la reconnaissance des antigènes tumoraux. Il a été démontré que les ultrasons focalisés peuvent rendre visibles les antigènes tumoraux et induire leur présentation aux cellules dendritiques, agissant ainsi comme un auto-vaccin. Le pembrolizumab (PBZ) est un anticorps anti PD-1 utilisé dans diverses cancers solides pour augmenter l'activité des lymphocytes T. L'étude cherche à démontrer que la combinaison de ces deux modalités peut entraîner une infiltration des cellules T dans les tumeurs du sein ainsi que des réponses immunitaires systémiques.

"Avec seulement 22% de survie à 5 ans, il n'y a pas de traitement curatif pour les femmes au stade IV de la maladie - explique Michel Nuta, Directeur Médical Theraclion, "l'immunothérapie apporte un nouvel espoir pour d'autres types de cancer mais n'est pas très efficace dans le cancer du sein. Le système immunitaire ne reconnaît pas la plupart des cellules tumorales des cancers du sein comme étant "étrangères". La majorité des cancers du sein n'active pas les globules blancs. C'est ce que l'échothérapie peut changer en déclenchant une réponse immunitaire rapide et localisée en réponse à l'endommagement des cellules, amenant au recrutement de globules blancs qui infiltreront la tumeur. L'immunothérapie peut alors supprimer le signal chimique d'autoprotection des tumeurs, permettant aux lymphocytes de l'attaquer."

La phase I de l'essai clinique recrute activement des patients :
- 4 patientes sont recrutées à ce jour.
- Aucun sujet d'inquiétude à ce jour en ce qui concerne les ablations partielles de tumeurs par ultrasons en association avec le pembrolizumab.
- Les effets secondaires les plus fréquents se limitent à une douleur dans la zone d'ablation, à la fatigue, aux nausées et à la dyspnée.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.