Total étend son partenariat avec Novatek en Russie

Total étend son partenariat avec Novatek en Russie©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 24 mai 2018 à 20h44

En présence du président de la fédération de Russie, Vladimir Poutine, et du président de la République française, Emmanuel Macron, Total a signé avec Novatek un accord en vue d'une prise de participation directe de 10% dans Arctic LNG 2, le nouveau projet géant de gaz naturel liquéfié promu par Novatek, situé sur la péninsule de Gydan dans le Nord de la Sibérie.

Compte tenu du fait que Total détient environ 19% du capital de Novatek et de la volonté de Novatek de conserver 60% du projet, la participation économique globale du Groupe dans ce nouveau projet GNL s'élèvera à environ 21,5%. Au cas où Novatek déciderait d'abaisser sa participation en dessous de 60%, Total aurait la possibilité d'augmenter sa participation directe jusqu'à 15%.

Novatek et Total ont également convenu que Total aura la possibilité d'acquérir une participation directe entre 10 et 15% dans tous les futurs projets GNL de Novatek, situés sur les péninsules de Yamal et de Gydan.

Arctic LNG 2 va contribuer à notre stratégie de croissance dans le GNL en développant des projets compétitifs fondés sur des ressources géantes à bas coût de production, commente Patrick Pouyanné, Président-Directeur général de Total.

D'une capacité de production de 19,8 millions de tonnes par an (Mt/a), soit 535 000 barils équivalent pétrole par jour (bep/j), Arctic LNG 2 permettra de valoriser plus de 7 milliards de bep de ressources d'hydrocarbures du gisement onshore de gaz à condensats d'Utrenneye. Le projet prévoit l'installation de trois plates-formes gravitaires (Gravity-based structures) dans l'Ob Bay qui accueilleront les trois trains de liquéfaction d'une capacité de 6,6 Mt/an chacun. Comme pour Yamal LNG, le transport de la production d'Arctic LNG 2 vers les marchés internationaux sera assuré par une flotte de méthaniers brise-glace qui pourra emprunter la route du Nord pour les cargaisons à destination de l'Asie.

La décision finale d'investissement est prévue en 2019. Le démarrage du 1er train est envisagé d'ici fin 2023.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.