Total : fin du raffinage et reconversion à Grandpuits

Total : fin du raffinage et reconversion à Grandpuits©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 24 septembre 2020 à 10h33

Total annonce son projet de transformation de la raffinerie de Grandpuits en Seine-et-Marne en une plateforme dite 'zéro pétrole'. Après la reconversion attendue, Grandpuits accueillerait des activités de production de biocarburants et de bioplastique, de recyclage de plastiques et de photovoltaïque. Le groupe indique par ailleurs que sur les 400 postes que comptent Grandpuits et le dépôt associé de Gargenville, 250 postes seront maintenus. Le raffinage de pétrole brut s'arrêtera à Grandpuits au premier trimestre 2021 et le stockage de produits pétroliers fin 2023.

Le groupe prévoit d'investir plus de 500 millions d'euros pour reconvertir Grandpuits. Les chantiers générés par l'investissement permettront également de créer jusqu'à 1.000 emplois pendant les trois ans de construction des nouvelles unités, anticipe le groupe. En outre, 15 emplois supplémentaires seront créés dans une unité d'emballage en aval de l'unité de bioplastiques.

En outre, Total a réalisé une cartographie précise des entreprises partenaires intervenant sur la plateforme qui représentent l'équivalent de 300 emplois à temps plein. Le groupe s'engage à accompagner chaque entreprise concernée par l'évolution du site. Dans sa nouvelle configuration, la plateforme de Grandpuits continuera à faire appel en priorité à ses entreprises partenaires, représentant l'équivalent de 200 emplois à temps plein.

Total conduira ce redéploiement industriel sans aucun licenciement, grâce à des départs en retraite anticipés et des mobilités internes vers d'autres sites, "en fournissant à chaque collaborateur une solution adaptée à sa situation", précise le groupe.

Cette décision d'arrêter l'activité de raffinage fait suite à l'audit mené pendant plusieurs mois sur le pipeline d'Ile-de-France (PLIF), qui relie sur 260 km Grandpuits au port maritime du Havre et permet l'approvisionnement en brut de la raffinerie.

En effet, en 2019, la raffinerie de Grandpuits avait dû s'arrêter pendant plus de cinq mois à la suite d'une fuite apparue sur le PLIF. Cet incident faisait suite à une première fuite survenue en 2014 en Seine-Maritime. Afin d'assurer la sécurité de fonctionnement du PLIF et en accord avec les autorités de l'Etat, la pression maximale d'utilisation du PLIF a été réduite conduisant la raffinerie à ne fonctionner qu'à 70% de sa capacité et menaçant ainsi sa pérennité économique.

De cet audit, il ressort que le remplacement du PLIF est la seule solution pour revenir à un fonctionnement normal de la raffinerie, mais nécessiterait un investissement de près de 600 millions d'euros. Pour cette raison, compte tenu des orientations en termes de transition énergétique retenues par la France à horizon 2040, Total fait le choix d'arrêter le raffinage de pétrole et d'engager une transformation industrielle du site grâce à un programme d'investissement majeur.

"Avec la reconversion industrielle de la raffinerie de Grandpuits en une plateforme zéro pétrole tournée vers des énergies d'avenir dans le domaine de la biomasse et de l'économie circulaire, Total démontre son engagement dans la transition énergétique et réaffirme l'ambition du Groupe d'atteindre la neutralité carbone en Europe d'ici 2050. Grandpuits restera un site industriel majeur qui s'appuiera sur le savoir-faire et la compétence de ses équipes, et dans lequel nos entreprises partenaires auront également toute leur place", a déclaré Bernard Pinatel, Directeur général de la branche Raffinage-Chimie de Total.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.